14 Septembre 2017

Cameroun: VIH/SIDA - des jeunes jouent avec le feu

Sexualité précoce, alcoolisme, rapports non protégés sont autant de comportements à risque déplorés ces derniers jours au sein de cette tranche de la population

Il n'est pas rare d'entendre dire, autour de nous, qu'une femme paye la scolarité de ses cadets depuis la mort de leurs parents. Parfois, la concernée n'a pas 20 ans au moment des faits. En creusant un peu, on apprend qu'elle entretient des relations intergénérationnelles avec un homme. C'est un cas de figure qui est plus connu chez les filles que chez les garçons : entretenir une relation amoureuse avec une personne plus âgée.

Et quand on sait que l'Enquête démographique de santé (Eds) menée en 2011 indique que chez les filles la sexualité commence entre 11 et 12 ans, il y a de quoi s'interroger. «Il est important que les jeunes filles apprennent à négocier le port du préservatif avec leurs partenaires. Or, dans une relation intergénérationnelle, la fille est vulnérable, très souvent à cause de la pauvreté et de la précarité dans lesquelles elle vit», précise Dr Marinette Ngo Nemb, chef section appui au secteur santé du Comité national de lutte contre le Sida (Cnls). Au rayon des comportements à risque développés par les jeunes, on ajoute également la multitude de partenaires. Ici, les deux sexes sont concernés.

D'ailleurs, en parcourant l'analyse critique de la mise en œuvre des aspects du Plan stratégique national de lutte contre le Sida (PNS) entre 2014 et 2016, on constate : «La faible utilisation du préservatif avec des partenaires non réguliers chez les jeunes de 15 à 24 ans (61,2% chez filles et 79% chez garçons) en 2014».

«Peu importe les raisons pour lesquelles ils le font, on a constaté, il y a 5 ans, que 50% de ces groupes avaient des rapports non protégés. Et surtout, qu'ils entretenaient ces rapports en groupe», ajoute Dr Marinette Ngo Nemb.

Grâce aux nombreuses campagnes de sensibilisation, le pourcentage de ceux utilisant les préservatifs a augmenté de 75%. Par ailleurs, la méconnaissance des risques de transmission du VIH et des moyens de prévention sont aussi des facteurs aggravants, dans un environnement où de nombreux jeunes, filles ou garçons, du fait leur niveau d'études limité, ne sont forcément pas informés des moyens de prévention existants.

Si on y ajoute la tendance de plus en plus lubrique des loisirs des jeunes (alcoolisme, usage de drogues dures... ), il y a des raisons de tirer la sonnette d'alarme. Avec la multitude des comportements à risque chez les jeunes, on n'est pas, selon les spécialistes, à l'abri d'une augmentation du taux de prévalence chez cette catégorie en particulier et pour l'ensemble de la population en général. Toutefois, l'abstinence et la fidélité sont des leviers sur lesquels il est important d'appuyer. A défaut, indiquer aux jeunes que le port du préservatif doit rester un impératif catégorique.

Cameroun

Journée Mondiale de la Femme Rurale - Le Ndé danse au rythme de Bassamba.

Ce dimanche 15 octobre 2017, la prairie de Bassamba, point focal de la célébration de la Jmfr dans le… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.