14 Septembre 2017

Cameroun: Si androïd et si mal informés !

Il y a une corrélation entre la persistance de ces comportements à risques et l'approche adoptée pour les campagnes de communication pour un changement de comportement

Au plus fort de la spirale meurtrière du Vih/Sida, le Cameroun a utilisé l'arme de dissuasion massive. Le matraquage médiatique autour des conséquences de la pandémie a installé les couches sexuellement actives dans une sorte de panique générale. Présenté comme le plus mortel, le Vih/Sida angoissait les populations. Cette approche adoptée pour les campagnes de communication pour un changement de comportements a eu pour résultats, la réduction de la grande vitesse de la propagation du Vih, la baisse de la séroprévalence et sa stabilisation aujourd'hui autour de 3,9%.

Mais à l'ère de gloire des nouveaux canaux de communication, notamment les réseaux sociaux, il est curieux de constater la persistance des comportements sexuels à risque chez les jeunes. Plusieurs facteurs peuvent être convoqués pour expliquer cette situation. Depuis quelques années, l'on note que la communication autour de la pandémie est de faible amplitude. En dehors des manifestations classiques, la journée mondiale de lutte contre le Sida et « Vacances sans Sida », qui bénéficient d'une communication spéciale, les campagnes de communication pour un changement de comportements se raréfient.

Bien plus, l'approche adoptée ne s'avère plus efficace pour toucher le plus grand nombre de jeunes. Avec l'émergence des nouveaux canaux de communication, les jeunes qui sont plus portés vers les nouveaux médias que sont les réseaux sociaux, se montrent moins exposés aux médias classiques. Reste également à adapter le contenu des messages de sensibilisation en tenant compte des comportements sexuels à risque les plus décriés tels que l'infidélité et la précocité de la sexualité. Au-delà de l'utilisation des préservatifs, il faut stigmatiser la multiplication des partenaires sexuels chez les jeunes.

La recherche sur les facteurs explicatifs de ces changements en matière de sexualité a par ailleurs met en évidence l'influence de la modernisation avec son corollaire de « désorganisation sociale » qui induit un affaiblissement de l'autorité des aînés sur les cadets et du groupe familial sur les enfants faisant ainsi place à la liberté pour les jeunes d'avoir des conduites sexuelles contraires à la morale traditionnelle.

Ce faible degré d'éducation sexuelle dans le cadre familial semble résulter, selon les spécialistes, à la fois, de l'ignorance relative des parents sur la question et du peu d'intérêt accordé à l'explication dans l'éducation traditionnelle reçue par les parents eux-mêmes. D'où la nécessité de concevoir des programmes de sensibilisation destinés à améliorer les connaissances des parents sur la question de l'hygiène de la reproduction des jeunes, à les préparer à l'établissement de bonnes relations ouvertes avec leurs enfants et à les conseiller adéquatement dans le domaine de l'éducation sexuelle.

D'autres études mettent enfin en exergue une forte corrélation entre les facteurs socio-économiques et les comportements sexuels à risque. Les jeunes économiquement démunis et ceux vivant dans des milieux moins stables sont plus susceptibles que les autres d'adopter des comportements sexuels leur faisant courir le risque de contracter le sida.

La parole aux acteurs

Mboe Margueritte: « Les jeunes doivent être conscientisés »

Enseignante

« Les jeunes doivent être sensibilisés et conscientisés sur ce sujet par les parents et surtout par les enseignants parce que ces derniers passent plus de temps avec les enfants. S'agissant de l'utilisation des préservatifs, l'on note que les jeunes de nos jours n'y adhèrent pas pour des raisons difficiles à expliquer. Les pairs éducateurs doivent multiplier les descentes dans les établissements pour sensibiliser les jeunes sur les dangers du VIH. »

Cameroun

02 morts dans une prise d'otage

Dans la nuit du 14 au 15 octobre 2017, aux environs de minuit, des individus armés de fusils AK 47 ont fait… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.