15 Septembre 2017

Cameroun: Séquestrée à l'hôpital gynéco-obstétrique pendant un an

Sandrine Djukom, âgée de 21 ans y a été retenue prisonnière pour factures impayées avec ses jumeaux.

Lorsqu'elle franchit enfin le portail de l'hôpital gynécoobstétrique et pédiatrique de Douala vendredi dernier, 08 septembre, Sandrine Djukon n'en revient pas. Celle qui a été séquestrée pendant douze mois dans cette formation hospitalière est désormais libre. Ses jumeaux [ils auront 1 an le 27 septembre prochain] dans les bras, accompagnée des membres de sa famille, la jeune dame ignore totalement les circonstances ayant conduit à sa libération.

Elle qui, après un accouchement par césarienne, ne parvenait pas à payer une facture évaluée à 1,5 million F Cfa. Si bien que, pour expliquer son calvaire dans cet hôpital de référence, Sandrine Djukon se réfère à Pauline Ngounou, sa soeur aînée.

Triste souvenir

A en croire cette dernière, Sandrine, aujourd'hui âgée de 21 ans, a été admise à la maternité de cet hôpital le 27 septembre 2016, après avoir perdu connaissance. A l'hôpital, les médecins décident de procéder à une intervention chirurgicale, alors qu'elle se trouve dans un état comateux, son pronostic vital étant engagé. Les deux bébés sont extraits du ventre et placés en couveuse. La facture des soins s'élève à 1,5 million F Cfa. Mais la famille, démunie, ne verse qu'une somme de 600. 000 F Cfa tout en demandant un moratoire.

L'administration de l'hôpital gynéco y oppose un refus catégorique. Peu de temps après, les proches de Sandrine reviendront déposer 500. 000 F Cfa supplémentaire pour obtenir ledit moratoire. En vain. « Je n'ai pu verser contribuer qu'à hauteur de 170. 000 F Cfa moi-même. Et c'est là que nos malheurs ont débuté. Ma soeur a commencé à être torturée. Sandrine est contrainte d'aménager dans une chambre inconfortable », raconte Pauline Ngounou. D'après qui cette pièce n'avait même pas d'eau.

« Les infirmières, relate-t-elle, ouvraient les toilettes quand elles voulaient, les enfants dormaient parfois à même le sol. Il n'y avait pas d'endroit pour sécher les vêtements. Je lavais la chambre au quotidien, sous les moqueries des vigiles et des infirmières ». Pour survivre, la jeune maman bénéficiait de l'assistance de quelques âmes compatissantes.

Des moments qui relèvent désormais d'un triste souvenir. Depuis la sortie d'hôpital, Sandrine et sa soeur ne cessent de rendre grâce à Dieu. Le domicile de sa tante, sis à Ndogpassi à Douala 3e, ne désemplit plus. Les voisins et quelques membres de sa famille se succèdent. Avant sa grossesse, Sandrine Djukon était élève en classe de 4e dans un collège privé à Douala. Le père de l'enfant a fondu dans la nature.

Cameroun

Téléphonie mobile - Paul Biya n'a toujours pas approuvé les concessions d'Orange et de MTN

Deux ans et demi après leur signature, les contrats d'exploitation de la téléphonie mobile au… Plus »

Copyright © 2017 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.