15 Septembre 2017

Cameroun: Seropositifs - Plus de 400. 000 malades perdus de vue

Selon le personnel de santé, après avoir été testés positifs, ces derniers ne prennent pas les Arv pourtant disponibles et gratuits.

Elles sont peut-être encore peu connues de certains, mais les données sur les personnes vivant avec le vih/sida au Cameroun sont inquiétantes.

En attendant les résultats de l'enquête de l'évaluation de l'impact de cette pandémie auprès des ménages (Camphia) qui se déroule en ce moment sur l'ensemble du territoire, les statistiques de prise en charge révélées par le ministère de Santé publique (Minsanté) indiquent à ce jour que seulement 1/3 des 620.000 personnes estimées sont sous traitement antirétroviraux (Arv) et 60,4% d'entre elles sont maintenues 12 mois après le démarrage de la thérapie Arv. Donc, plus de 400.000 malades estimés ne suivent pas leur traitement.

Pourtant, au cours de la conférence de presse tenue vendredi 08 septembre 2017, Dr Léonard Bonono, secrétaire permanent de cette institution, a rappelé que les traitements sont disponibles et gratuits.

Il a aussi indiqué que la prévalence nationale est de 3,9%. Un pourcentage qui se situait en 2011 à 4,3%, selon l'enquête démographique de santé (Eds).

Pour inverser la tendance, le personnel médical met un accent sur la sensibilisation. « Les populations en général et les jeunes en particulier doivent changer de comportement.

Les personnes âgées de 15 à 49 ans sont les plus touchées, avec un pic entre 35 et 39 ans », avertit Dr Lydie Nyemb, spécialiste en santé publique. Elle poursuit en donnant ce conseil : « Dans ce nouveau mode de vie, il faut éviter de nouvelles infections ».

Entre le mois de janvier et de juin 2016 par exemple, plus de 58.000 nouveaux cas ont été enregistrés.

Une situation qu'a déplorée le ministre de la Santé publique, André Mama Fouda, le 1er décembre 2016, lors de la célébration de la Journée mondiale de lutte contre cette pandémie.

Une recommandation est donc faite : il faut d'entrée de jeu se protéger mais, aussi connaître son statut sérologique. D'où toute l'importance de l'approche : « tester et traiter ».

« Il faut atteindre l'objectif «90-90-90», qui veut que 90% de personnes connaissent leur statut sérologique, 90% soient sous antirétroviraux et les 90% autres personnes aient une charge virale indétectable », soutient Dr Léonard Bonono.

Le dépistage systématique, encore boudé, « devrait être accepté de tous en vue d'atteindre le nombre de 30.000 personnes dépistées par mois, pour 150 personnes par jour», a souligné Dr Essomba.

« Lorsqu'une personne est déclarée positive, elle est immédiatement mise sous traitement. Cela lui permet de protéger son environnement. En 2014, les décès liés au vih sont estimés à 34,158 avec 49% d'hommes », renseigne-t-il.

Cameroun

Mise en place de la couverture santé universelle - Il faut trouver 1300 milliards de F

C'est le montant estimé et validé par le ministre de la Santé publique André Mama Fouda… Plus »

Copyright © 2017 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.