16 Septembre 2017

Congo-Kinshasa: Le peuple observe

La rentrée parlementaire a eu lieu, hier vendredi 15 septembre, au Palais du peuple. Elle intervient à une période critique où la crise politique s'enlise.

La nation congolaise espère que les députés nationaux et les sénateurs mettront à profit cette session pour faire face juguler une fois pour toute la crise politique qui sévit au pays.

Dès lors, les yeux des Congolais sont braqués sur leurs élus. Bien qu'essentiellement réservée à l'examen du budget 2018, cette session ordinaire de septembre doit œuvrer également pour la tenue effective d'élections.

Les parlementaires sont appelés notamment à doter la Céni de tout l'arsenal juridique manquant pour l'organisation des élections.

Dans le lot, il y a la loi sur la répartition des sièges pour les élections urbaines et la loi électorale qui doit être modifiée.

Le parlement doit aussi examiner la loi relative au fonctionnement et à l'organisation du Conseil national de suivi de l'Accord (CNSA). Toutes ces questions et tant d'autres nécessitent un examen sans complaisance de la part des représentants du peuple.

Alors que l'Accord du 31 décembre 2016, signé par toutes les parties, reste la base de sortie de crise en RDC, la Majorité au pouvoir ne cesse de multiplier des stratagèmes pour torpiller cet arrangement politique accepté par tous les acteurs ainsi que par la communauté internationale.

Conséquence : la RDC traverse une crise qui risque de l'entrainer dans une situation désastreuse. C'est pourquoi les députés et les sénateurs n'ont pas droit à l'erreur. Ils ont plutôt un devoir, celui de sauver le navire RDC qui est en train de chavirer.

Le feu brûle plus haut quand chacun y apporte un morceau de bois, dit-on! C'est pour ainsi dire que le Congo a besoin du concours de tous pour son émergence qui doit commencer par la sortie de cette crise politique.

Pour y arriver, la famille politique du chef de l'Etat doit cesser de prendre tout un peuple en otage. Elle doit cesser surtout ses manœuvres dilatoires pour retarder le processus électoral.

Durant toute cette session de septembre, le peuple congolais va observer ses élus et, au besoin, faire pression afin que les élections se tiennent effectivement.

Congo-Kinshasa

Un Congolais poignardé en plein jour par un sujet chinois

Pour le commissaire provincial de la Police nationale congolaise (PNC) de Kinshasa, l'auteur du coup de couteau - un… Plus »

Copyright © 2017 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.