18 Septembre 2017

Sénégal: Procès de l'Américaine Nerlessa Monique qui aurait giflé un policier - Les USA lorgnent le palais de Justice de Dakar

Arrêtée à l'aéroport de Dakar pour outrage à un policier, Nerlessa Monique (38 ans), musulmane voilée de nationalité américaine, sera jugée ce mardi.

On lui reproche d'avoir giflé un agent de police dans l'exercice de ses fonctions. Elle risque jusqu'à 3 mois ferme.

Depuis vendredi dernier, Nerlessa Monique (38 ans), ressortissante américaine musulmane, croupit à la Maison d'arrêt pour femmes de Liberté 6. Elle est placée sous mandat de dépôt par le procureur de la République de Dakar. Inculpée des délits d'«outrage à agent de la force publique dans l'exercice de ses fonctions, violences et voie de fait», son procès se tiendra ce mardi, devant le Tribunal de grande instance de Dakar, statuant en matière de flagrant délit, au palais de Justice Lat Dior.

Professeur d'Anglais dans une université saoudienne, elle a été arrêtée auparavant, à l'aéroport Léopold Sédar Senghor, suite à un incident avec un policier. Selon la version de l'agent de police, la dame lui a administré une gifle en pleine figure.

En fait, mariée à un Sénégalais et venue accompagner sa famille, Mme Monique a voulu prêter main forte à une personne âgée qui déplaçait difficilement ses valises. Selon une autre version, «le policer lui a demandé de quitter les lieux sur un ton irrespectueux en essayant de poser sa main sur elle.

C'est à cet instant que la dame lui a demandé de ne pas la toucher en anglais». «Don't touch me» (ne me touche pas), lui a-t-telle lancé, mais le flic s'est évertué à faire son travail. Des propos que l'agent a mal interprété à se jetant sur elle, avec l'aide de ses collègues pour la «malmener, la brutaliser et la trainer en public et avec force». A cette humiliation s'ajoutent les charges retenues contre elle qui peuvent lui valoir jusqu'à trois mois d'emprisonnement.

«Elle a été abusivement arrêtée pour des faits d'outrage à un policier à l'aéroport. On a violé ses droits. Sur simple déclaration d'un policier qui a voulu toucher son corps et la dame a refusé parce que, pour elle musulmane, il est hors de question qu'un homme autre que son mari la touche. Elle s'est débattue et a été conduite manu militari en garde à vue», insistent ses proches. Qui soulignent qu'elle a été violentée et s'est retrouvée même avec des blessures.

De son côté, l'ambassade des Etats-Unis à Dakar suit de près ce dossier. D'ailleurs, lors de l'enquête préliminaire, une délégation a été dépêchée pour la remise en liberté de Mme Monique, mais cela n'a pas empêché la continuation des poursuites. «Pour Nerlessa Monique, un homme qui n'est pas son mari n'a pas le droit de poser la main sur elle et c'est pourquoi l'ambassade a été surprise d'apprendre qu'elle a été arrêtée», signale-t-on.

Pour l'heure, un pool d'avocats est déjà constitué pour assurer sa défense. Mais d'aucuns évoquent un risque d'incident diplomatique entre le Sénégal et les Etats-Unis, au regard du statut de la dame qui se trouve être un professeur d'université, donc cadre de l'Administration américaine.

Des arrestations pouvant remettre en cause les relations diplomatiques entre le Sénégal et d'autres Etats, il en a toujours eues beaucoup de cas dans le passé...

Sénégal

Audience renvoyée au 3 janvier pour Khalifa Sall

Au Sénégal, le procès de Khalifa Sall devait s'ouvrir ce jeudi 14 décembre. L'ancien maire… Plus »

Copyright © 2017 Wal Fadjri. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.