18 Septembre 2017

Bénin: Du visa électronique pour les voyageurs à partir de 2018

By Josué Fortuné Mehouenou on 18 septembre 2017 - Le gouvernement béninois veut ouvrir grand ses frontières au reste du monde. Après une récente mesure de suppression de visas visant certains pays, le Bénin projette à compter du 1er Janvier prochain d'opter pour le visa électronique.

Le visa à destination du Bénin sera accessible en ligne à partir du 1er janvier 2018. Les demandeurs de visas auront accès à des plateformes en ligne pour solliciter et payer leurs visas. A défaut de le payer en ligne, ils le feraient aux frontières. Selon le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération du Bénin, Aurélien Agbénonci, le gouvernement de son pays s'inscrit dans la logique d'une facilitation de l'obtention du visa.

Cela permettra selon lui, « de rentrer dans une modernité conforme aux ambitions » du président Patrice Talon (au pouvoir depuis le 6 avril 2016). Même si beaucoup de barrières restent à lever pour concrétiser cette ambition de facilitation du Visa, c'est une « innovation » sur laquelle le gouvernement béninois travaille et « tient à la concrétiser ». L'annonce a été faite par le patron de la diplomatie béninoise en personne à l'occasion de la rentrée diplomatique 2017-2018 au Bénin. Un peu plus de trois mois encore et le Bénin s'alignera sur de nombreux autres pays qui ont opté pour cette méthode qui facilite la vie aux voyageurs et visiteurs.

Et de deux !

L'Etat béninois n'est pas à son coup d'essai. De retour d'une visite officielle effectuée au Rwanda du 29 au 31 août 2016, le chef de l'Etat béninois, Patrice Talon que certains présentent comme « un panafricaniste » avait déjà annoncé une mesure de suppression de visas. « M'inspirant de l'expérience du Rwanda, j'ai décidé que le Bénin n'exigera plus de visa aux Africains. La coopération Sud-Sud peut avoir un vrai sens », avait-il déclaré de retour chez lui. Une trentaine de pays au total était visée par la mesure.

Parmi eux, la Guinée équatoriale, la Tanzanie, le Rwanda, le Zimbabwe, l'Afrique du Sud, l'Angola, le Cameroun, la République démocratique du Congo, le Gabon, le Tchad... Les ressortissants de ces pays « sont exemptés de visa d'entrée au Bénin pour une durée n'excédant pas 90 jours » et peuvent fouler le sol béninois sans difficulté et formalité protocolaires de visas. La mesure sera suivie plus tard d'une note d'information signée par le Consulat général du Bénin à Paris. Laquelle dresse la liste des pays du continent désormais exemptés de visa d'entrée pour le Bénin, pour des séjours n'excédant pas 90 jours.

Lire aussi / Bénin : Agongointo, chef-d'oeuvre militaire des rois de Danhomey qui fait encore effet

Si la mesure vise à faciliter les échanges entre le Bénin et les autres pays du continent, elle penche également en faveur de la promotion touristique. Ce secteur porteur de ressources est désormais hissé au rang de priorité de développement. Sur les 45 projets phares du Programme d'action du gouvernement « Bénin révélé » du gouvernement béninois, estimé à 7 086 milliards de FCFA, six sont réservés au secteur du tourisme.

Objectif : promouvoir le tourisme

Pour José Pliya, directeur de l'Agence nationale de promotion des patrimoines et du développement du tourisme (au cours d'un entretien), la décision de suppression de visas (à laquelle vient s'ajouter celle relative au visa électronique NDRL) ne manquera pas d'impacts. Il s'agit selon lui « d'une mesure très importante puisqu'il y avait déjà les pays de la CEDEAO qui n'avaient pas besoin de visas ». C'est un grand pas, une bonne nouvelle, salue José Pliya. Et d'ajouter que c'est « l'un des premiers verrous pour le développement du tourisme, la circulation des personnes, sans tracasseries administratives ». Il y voit surtout « un geste politique fort en terme de panafricanisme pour montrer que les pays africains sont un ».

Tour operator, directeur d'une Agence de tourisme et de billetterie à Cotonou, Oscar Tossavi estime de son côté que cette suppression a été une préoccupation majeure depuis des années. « Quand on pense à toute la tracasserie, et qu'on n'a pas un intérêt ou une urgence, on est démotivé », illustre-t-il. ]

Pour cet acteur qui fait dans le tourisme depuis des lustres, le Bénin a encore des pas qualitatifs à faire en s'alignant sur le modèle des pays comme le Sénégal. « Entre un pays qui n'exige pas le visa avant embarquement dans l'avion et celui qui en fait une obligation, le taux de fréquentation n'est pas le même », assure Oscar Tossavi.

C'est surtout le flux touristique que le Bénin a envie de booster. Les derniers chiffres officiels datent de 2014-2015 et tournent autour de 200.000 touristes pour la saison 2014-2015, informe-t-on du côté du l'Agence nationale de promotion des patrimoines et du développement du tourisme. Et d'estimer que c'est peu. « Notre objectif d'ici 2016, c'est d'atteindre 700.000 touristes mais en augmentant la part du tourisme de loisirs et toutes les projections nous donnent de bons espoirs d'y arrive », confiait José Pliya, il y a peu. Une ambition qui passe également par un investissement massif de plusieurs centaines de milliards de francs Cfa.

Bénin

Trois pistes pour la succession d'Omar Tchomogo

Omar Tchomogo n'est plus l'entraîneur du Bénin. L'ancien Ecureuil n'a pas été reconduit par… Plus »

Copyright © 2017 This is Africa. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.