18 Septembre 2017

Afrique du Sud: Mines - Restructuration oblige, AngloGold Ashanti vend une concession en Afrique du Sud

 Sur les cinq mines d'or qu'elle exploite en Afrique du Sud, AngloGold Ashanti n'en disposera plus que de quatre très bientôt. La compagnie sud-africaine mène actuellement des négociations pour la vente de la mine de Kopanang, située à l'est du pays et considérée comme l'une des plus grandes mines d'or au monde, annonce l'entreprise dans un communiqué de presse publié sur son site web.

L'idée première était la fermeture pure et simple de cette mine. Mais une fois l'intention révélée, AngloGold Ashanti s'est retrouvée avec plusieurs manifestations d'intérêt de la part de différents opérateurs et en a finalement retenu un seul avec qui les pourparlers ont démarré, indique la même source. Pour l'instant, ni l'identité de ce dernier, ni le montant de la transaction discutée n'ont été révélés.

Deal capital

La vente de la mine de Kopanang entre dans le cadre du plan de restructuration lancé par le groupe en juin dernier dans le but de sauver son positionnement sur le marché sud-africain et assurer l'amélioration de ses bénéfices, dans un contexte de crise pour l'entreprise. Celle-ci a en effet enregistré de lourdes pertes ces dernières années, en particulier au niveau de la mine de Kopanang. D'après le management de la firme, le coût de production d'une once d'or sur ce site s'élevait à 2 399 dollars au premier trimestre 2017, tandis que le prix d'une once d'or sur le marché n'était que de 1 206 dollars.

Avec ce plan de restructuration, la firme prévoit la suppression de 8 500 emplois sur les 28 000 de la firme en Afrique du Sud. Sous les feux des critiques des syndicats des travailleurs miniers -qui gardent le douloureux souvenir de 2012 où la compagnie avait dû supprimer 12 000 postes pour des raisons similaires- AngloGold Ashanti privilégie donc la piste de la vente de sa mine de Kopanang, espérant, «minimiser les pertes d'emplois ».

A ce propos la firme assure :

«Si la vente [de la mine, NDLR] est conclue avec succès, cela aura un impact positif sur la restructuration».

Indemnisation salariale assurée

Cependant, AngloGold Ashanti s'engage à verser des indemnités à tous les employés de la mine de Kopanang, quelle que soit l'issue des négociations en cours. A noter qu'en cas de réussite de l'opération de vente, certains salariés pourraient bien être reconduits par le nouveau propriétaire de la mine.

Coté à la New York Stock Exchange, le minier sud-africain -qui a pourtant vu de nombreux actionnaires augmenter leurs parts dans son capital au premier trimestre 2017- a bénéficié d'un intérêt quelque peu effrité au deuxième trimestre. En tête, la banque allemande Commerzbank, qui a cédé 2,3% de ses actions, soit 22 566 actions des 943 097 qu'elle possédait. En ouverture ce lundi, la capitalisation boursière d'AngloGold Ashanti a chuté à 4,07 milliards de dollars, contre les 5 milliards qui lui ont permis de faire son entrée dans le top 40 des meilleures compagnies minières au monde en 2016, publié en juin dernier par le cabinet international PricewaterhouseCoopers.

Pour l'instant, le minier sud-africain -qui possède une vingtaine de mines dans 10 pays à travers le monde- se veut rassurant auprès de ses partenaires, misant gros sur son plan de restructuration pour se garantir de meilleures performances.

Afrique du Sud

Concours d'art numérique « Africa Artbox » - Le Sud-africain Nathan Gates lauréat

La première édition du concours d'art numérique « Africa Artbox » a… Plus »

Copyright © 2017 Ecofinance.sn. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.