18 Septembre 2017

Afrique: Climat - Le chef de l'ONU mobilise les acteurs non-étatiques en faveur de l'Accord de Paris

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a souligné lundi la « contribution essentielle » des acteurs non-étatiques dans la réalisation de l'Accord de Paris sur le changement climatique.

« Vous êtes l'épine dorsale du mouvement mondial qui a conduit à l'adoption de l'Accord de Paris en 2015 », a déclaré M. Guterres à l'adresse des différents acteurs non-étatiques de la lutte contre le changement climatique réunis lors d'un dialogue de haut-niveau au siège de l'ONU.

« A Paris, nous avons fait face à un défi mondial. Maintenant, nous avons un défi encore plus important : susciter l'ambition et rester sur la bonne voie ».

Lors de cette rencontre organisée à la veille du débat général de l'Assemblée générale, le chef de l'ONU a rappelé des évidences : « les émissions (de gaz à effet de serre) diminuent, mais pas assez.

La température augmente toujours. Nous en voyons les conséquences au quotidien. Nous comptons les coûts en termes de vies, de moyens de subsistance et d'économies endommagées ».

Depuis 2008, environ 20 millions de personnes sont déplacées chaque année en raison d'inondations, de tempêtes, de feux de forêts et de températures extrêmes. Beaucoup d'autres sont déplacées en raison de la sécheresse et de l'élévation du niveau de la mer.

« Le changement climatique n'est pas un problème lointain pour les générations futures », a prévenu M. Guterres.

« Cela se passe ici, maintenant, et nous devons y faire face ». Selon lui, « les engagements pris dans le cadre de l'Accord de Paris, dans les contributions à l'échelon national, sont clairement insuffisants».

Les Etats seuls ne peuvent pas faire face au changement climatique

Pour le Secrétaire général, les gouvernements seuls ne peuvent pas gérer l'énormité de ce défi, « même lorsqu'ils le veulent, ce qui n'est pas toujours le cas », et il s'est félicité de la multiplication des initiatives dans le monde entier, citant l'exemple de l'industrie du transport qui œuvre à réduire son empreinte carbone à travers l'initiative 'Global Industry Alliance' et d'entreprises de téléphonie mobile au Kenya qui fournissent une énergie abordable dans des zones rurales isolées. Le chef de l'ONU a également évoqué des partenariats public-privé qui favorisent l'éclairage éco-énergétique dans des zones urbaines en Egypte.

Présent lors de cette réunion, l'ancien maire de New York, Michael Bloomberg, est à la tête de l'Alliance mondiale des maires pour construire des villes résilientes. « Je lui demanderai, en tant que mon Envoyé spécial, d'accélérer et d'approfondir le rôle des acteurs infranationaux dans la mise en œuvre de l'Accord de Paris en prévision du Sommet sur le climat de 2019 », a dit M. Guterres.

Lors de ce sommet, le chef de l'ONU a l'intention de forger des alliances encore plus étroites entre les gouvernements et les entreprises pour la mise en œuvre de l'Accord de Paris. Dès 2018, l'Etat américain de Californie accueillera un sommet de tous les acteurs non-étatiques.

Alors que la ville de New York accueille la semaine sur le climat, le chef de l'ONU a également salué l'engagement des investisseurs institutionnels dans la lutte contre le climat.

Des dizaines de milliards de dollars sont nécessaires pour mettre en œuvre les actions prévues par les pays. « Ni les gouvernements ni le mécanisme de financement public ne peuvent supporter ce coût », a prévenu M. Guterres.

Lors de la réunion, M. Guterres a fait part de trois pistes pour améliorer la lutte contre le changement climatique : accroître et approfondir le rôle des acteurs non-étatiques, éliminer les obstacles à la mobilisation des ressources financières tout en créant des projets finançables et intensifier les efforts dans les domaines à fort impact, tels que la technologie, le transport de l'énergie, la tarification du carbone et l'atténuation des risques.

Afrique

Importations alimentaires - L'Afrique atteindra 110 milliards $ d'ici à 2030 sans une alternative crédible

Un cauchemar pour la Banque africaine de développement (BAD) qui ne jure plus que sur la nécessité… Plus »

Copyright © 2017 UN News Service. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.