13 Septembre 2017

Cameroun: Gustave Akakpo - C'est important de dire des choses aux enfants

interview

Auteur de la pièce « La véridique histoire du petit chaperon rouge »

Pourquoi la « véridique » histoire du petit chaperon rouge ? Nous aurait-on raconté la mauvaise version ?

J'ai écrit cette pièce en résidence d'écriture dans une banlieue parisienne. J'ai rencontré des gens, j'allais dans les classes, j'ai fait des ateliers, et puis j'ai lu à un moment donné cette phrase sur un mur-proverbe : « Quel monde laisserons-nous aux enfants et quel enfant laisserons nous au monde ? ». C'est un proverbe aborigène, originaire d'Australie. Ça m'a touché. En plus, au fil de mes discussions avec les gens, l'idée de transmission revenait régulièrement. Et donc j'ai voulu écrire sur cette transmission. Je ne sais pas pourquoi c'est ce conte du Chaperon rouge qui m'est venu à l'esprit, car c'est un conte que je n'aimais pas quand j'étais enfant. Je trouvais que la conclusion de l'auteur Charles Perrault qui demandait aux jeunes filles de rester sages, de ne pas se balader dans les rues de peur d'être attrapées par le grand méchant loup, décourageait les jeunes de l'aventure.

Qu'est-ce qui vous a finalement décidé à vous pencher sur ce conte ?

En faisant des recherches, j'ai découvert qu'il y a des versions antérieures du Chaperon rouge par rapport à celle que l'on connaît, et j'ai donc travaillé avec ces versions-là. Je joue avec le sens de véridique, pour dire que je croyais que l'histoire qu'on m'avait transmise était la vraie, avant de me rendre compte que pas du tout. Alors je transmets ce conte à ma manière, sur la base des informations obtenues. Des enfants me disent que ce n'est pas la vraie histoire que je conte. Et du coup, cela me permet de questionner une autre notion, celle du « vrai ». C'est quoi le « vrai » au final ?

Peut-on dire que vous jouez sur deux registres en écrivant des pièces de théâtre pour enfants et pour adultes ?

J'ai commencé à écrire pour le jeune public quand j'étais au Togo. On faisait des pièces de théâtre pour adultes mais des enfants venaient nous voir jouer. J'ai donc commencé à écrire des pièces pour les enfants, même si ce travail restait embryonnaire. Il y a cinq à six ans, un théâtre m'a passé une commande pour ma toute première pièce pour jeune public. J'ai alors écrit « Même les chevaliers tombent dans l'oubli ». Aujourd'hui, j'écris des romans, des albums pour enfants. C'est important de leur dire des choses, car ce sont eux qui porteront le monde de demain. Ma manière de voir, de comprendre doit leur être accessible, car ils n'ont pas la patience des grands. La difficulté c'est de se mettre au niveau des enfants pour leur parler, car quand on grandit, notre imaginaire s'effrite, pourtant les enfants peuvent construire tout un monde dans leur tête seulement à base d'un objet.

Cameroun

L'écrivain Patrice Nganang placé en détention

Patrice Nganang devrait être présenté à un juge ce matin. Contre lui, trois chefs… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.