19 Septembre 2017

Burundi: #Kamanyola - Des mots pour accompagner nos morts

Après le massacre d'une quarantaine de réfugiés burundais en RDC, pour la plupart des fidèles de la prophétesse exilée Zebiya, trois blogueurs de Yaga ont tenu à rendre hommage, chacun à sa façon, à des victimes de l'intolérance humaine.

À l'origine de tout, le péché de toute une nation. Un crime auquel on a tous assisté, sans broncher, sans se lever, un crime qui nous a tous rendus coupables, une trahison qui devrait nous hanter chaque nuit.

Pendant qu'on est en train de s'insurger contre l'inaction insensée des Casques bleus face au massacre de nos compatriotes refugiés, on oublie sciemment qu'avant ces soldats de l'ONU, c'était nous.

Assis tranquillement dans nos salons, bibles, corans ou bière à la main, on se gaussait de « ces fous » qui se faisaient persécuter à Businde. On condamnait ces têtes brûlées qui avaient fait croix sur la raison pour suivre une illuminée illettrée.

Pendant que nos frères se faisaient massacrer, cette fois par nos forces de l'ordre, on s'interrogeait à propos de la vérité derrière les visions de cette soi-disant prophétesse, et on condamnait.

Pas les policiers ou l'Eglise catholique qui s'acharnaient sur des pauvres gens. Non, on vouait aux gémonies ces « renégats », ces « traîtres à leur foi », ces « fauteurs de troubles », ces « rebelles » qui menaçaient la nation. Mais comment, si on est un pays laïc? Va savoir.

Dépités, délaissés, incompris, haïs, ils ont fini par fuir leur pays, avec comme seuls bagages leur foi et un immense sentiment d'injustice. Et nous, on est retourné tranquillement à nos bibles, corans, et bières, la conscience tranquille.

Hypocrisie

Jésus et ses disciples. Zebiya et ses adeptes. Le premier est mort sur une croix, ses fidèles ont été persécutés, exilés loin de chez eux, assassinés, martyrisés par des étrangers.

La deuxième est en cavale, chassée de chez elle, et ses compagnons sont persécutés, exilés loin de chez eux, assassinés, martyrisés par des étrangers. Une même histoire, un regard différent.

Et nous dans tout ça ? On se répète à longueur de journée qu'on est de bons chrétiens et on organise des croisades à tours de bras.

Comment pouvons-nous toujours aller le dimanche à l'église le regard serein, puisque rien ne nous différencie des pharisiens qui ont livré leurs frères aux barbares romains ?

Comment pouvons-nous prendre nos claviers pour dénoncer un crime dont on est à l'origine les grands responsables ?

Pourquoi jeter la pierre à ces assassins en uniforme qui n'ont fait que répéter les mêmes actes que ceux que nous avons commis auparavant ?

Mais le cœur de l'homme est complexe. Ne lui refusons pas le droit de pleurer.

Mais avant tout, admettons-le, crier maintenant et pleurer toutes les larmes de notre corps, c'est de l'hypocrisie pure et simple.

Burundi

Le Burundi sanctionné par le Fonds mondial contre le SIDA

Le Burundi vient de perdre la gestion de l'argent attribué par le Fonds mondial de lutte contre le Sida, la… Plus »

Copyright © 2017 YAGA. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.