19 Septembre 2017

Tunisie: Les Tunisiens ont-ils pardonné ?

Cette loi permettra à 1.500 fonctionnaires n'ayant pas réalisé illégalement des gains matériels de reprendre leurs fonctions et mettre leurs compétences et expérience au service de la communauté nationale.

Il est clair que l'exclusion sans jugement de ces fonctionnaires publics, qui a trop duré, dissuade, par la force de l'exemple, leurs collègues en fonction. Ce qui a enrayé l'initiative de nos administrations et freiné considérablement la relance économique et le développement, notamment dans les régions.

Or il se trouve, en fait, que les dégâts ayant affecté l'économie et les finances depuis la révolution sont énormes, sans doute bien plus dommageables que ce qu'ont fait les Trabelsi comme détournement systématique du potentiel économique national en leur faveur, puis en faveur des Matri.

Car ce potentiel a été, consciemment ou fortuitement, minutieusement démantelé par Ennahdha, le CPR et leurs alliés jihadistes dans le cadre du dispositif mis en place, à l'époque, par des puissances étrangères pour édifier un certain projet d'émirat islamiste sous le couvert de ce que l'on avait appelé «printemps arabe».

C'est cette alliance maléfique qui a sapé les fondements de l'Etat tunisien, déstabilisé notre mode de vie, semé la zizanie et détruit notre économie. Or, nous avons vu, samedi, à l'avenue Bourguiba, des anciens CPR et diverses figures de prou de la dérive destructrice qui a tant nui au pays, scander sans vergogne : «Manich msamah».

C'est donc à la majorité des Tunisiens, aujourd'hui, de réclamer réparation et de crier : «Manich msamah». Cette majorité sortie des urnes en 2014 pour sauver puis reconstruire et relancer le pays.

Malheureusement, la reconstruction s'avère coriace et la relance laborieuse, nécessitant une vaste coalition de forces populaires diverses déterminées, par-delà leur responsabilité historique, à éradiquer les séquelles des déviations post-révolution.

Le pays est désormais sur les rails, dans la dynamique d'union nationale insufflée par le président Caïd Essebsi. Mais cette tâche historique exige de chacun de l'humilité et de la détermination, ainsi qu'une forte disposition à l'ouverture et au pardon.

Tunisie

Pourparlers libyens à Tunis - Les difficultés persistent

Entamée dimanche dernier 15 octobre, la deuxième étape des pourparlers libyens à Tunis… Plus »

Copyright © 2017 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.