19 Septembre 2017

Togo: De jeunes togolais s'expriment...

En collaboration avec le Conseil National de la Jeunesse, le Collectif des Jeunes pour le Développement a initié deux rencontres de débat citoyen, ce lundi 18 septembre à la Maison des Jeunes d'Amandahomé et à Blue Zone sur le thème « Enjeux politiques et socioéconomiques liés aux réformes, rôle de la jeunesse dans la préservation de la paix. »

Ces rencontres citoyennes, au départ prévues pour une centaine de jeunes leaders, ont connu finalement une massive participation. A la maison des jeunes à Amandohomé, on estime les participants à près de 1000, et à Blue Zone 600.

Sur les deux sites, la parole a été aux jeunes pour réagir sur l'actualité sociopolitique du pays dominée par la question des réformes, et les graves violences notées dans les manifestations politiques.

Seyram Novignon, étudiant en droit à la l'Université de Lomé se prononçant sur les manifestations politiques a expliqué à ses camarades que même s'ils veulent exercer leur droit ou liberté de manifestation, que tout se fasse dans la non violence, le respect de l'autre et de la chose publique. « Parce que si nous détruisons ce pays aujourd'hui, à l'avenir, le reconstruire nous serait très difficile voire insupportable », prévient-il.

Les organisateurs estiment que le Togo a connu un passé politique compliqué. « Nous ne devons pas l'oublier. Ne laissons pas ce passé hanter notre avenir ou se répéter.

Adom Naolina, jeune togolaise étudiante en France, en vacance au pays a appelé ses compatriotes jeunes à jouer à adopter des comportements citoyens qui préservent la paix et la cohésion sociale.

« L'été dernier, j'étais en Somalie, et j'ai vu le désastre que la guerre y a créé. Je ne nous souhaite pas cela. Nous devons privilégier la communication, c'est-à-dire le dialogue pour régler nos différends », a-t-elle souligné.

Certains jeunes n'ont pas manqué de dénoncer l'immobilisme économique dans lequel la situation actuelle tente de mettre le pays, en invitant les acteurs politiques à se parler pour trouver une issue louable aux problèmes évoqués.

L'article 52 du projet de loi du mardi 5 septembre 2017, envoyé par le gouvernement au parlement est revenu abondamment dans les discussions.

Cette dispositions d'après les opinions permettrait d'une part le renouvellement de la classe politique togolaise, et d'autre part favoriserait l'engagement politique de la jeunesse.

"Retourner ou pas à la constitution originelle de 1992, n'est fondamentalement le problème. Notre grand désir, c'est que les politiques s'entend pour nous fabriquer des textes qui nous protègent, qui défendent nos aspirations profondes", déclare avec insistance Armand, jeune stagiaire dans une institution de microfinance à Lomé.

Dans une déclaration commune présentée à la presse, le mercredi 13 septembre 2017, les deux organisations (CJD et CNJ) ont dénoncé le fait que « la démocratie, au lieu d'être un élément d'union, de rassemblement et d'acceptation de l'autre dans toute sa différence, est devenu un motif de division, de mépris et de manipulations politiciennes. »

La balle est désormais dans le camp des acteurs politiques, de qui la jeunesse attend des décisions pacifiques et consensuelles qui engagent l'avenir du Togo, dont ils constituent la relève.

Togo

CAN Maracana 2017 - Le Togo éliminé en demi-finale par la Côte d'Ivoire

Le Togo est éliminé ce samedi lors des demi-finales de la Coupe d'Afrique des Nations de Maracana qui se… Plus »

Copyright © 2017 Télégramme228. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.