19 Septembre 2017

Afrique: 72ème Assemblée générale de l'ONU - António Guterres appelle à agir pour faire régner la paix

A l'ouverture du débat général de l'Assemblée générale des Nations unies, le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a décrit mardi un monde en difficulté, « où les êtres humains souffrent et la colère gronde ».

Présentant son rapport annuel devant les chefs d'Etat et de gouvernement réunis à New York, le patron de l'ONU a déclaré : « Notre monde est en difficulté. Des êtres humains souffrent et la colère gronde. L'insécurité gagne du terrain, les inégalités s'accentuent, les conflits se propagent, les changements climatiques s'accélèrent ».

« Face aux divisions qui ébranlent notre monde, nous devons agir pour faire régner la paix. Je suis fermement convaincu qu'ensemble nous pouvons instaurer la paix, rétablir la confiance et bâtir un monde meilleur pour tous », a-t-il ajouté.

Il a, en outre, mis l'accent sur des menaces ou épreuves auxquelles le monde doit faire face, à savoir : le péril nucléaire; le terrorisme; les conflits qui ne sont pas réglés et les violations systématiques du Droit international humanitaire (DIH); le changement climatique; les inégalités croissantes et la mobilité humaine.

« Aujourd'hui, partout dans le monde, les craintes suscitées par les armes nucléaires sont à leur paroxysme depuis la fin de la guerre froide. La peur est bien réelle. Des millions d'êtres humains vivent dans la terreur des actes de provocation que sont les essais nucléaires et les tirs de missiles de la République populaire démocratique de Corée », a noté le secrétaire général de l'ONU.

« Je condamne ces actes sans appel. J'engage la République populaire démocratique de Corée et tous les États membres à se conformer pleinement aux résolutions du Conseil de sécurité », a-t-il ajouté.

Abordant la menace mondiale qu'est le terrorisme, Antonio Guterres a remercié l'Assemblée générale d'avoir approuvé l'une de ses premières réformes : la création du Bureau de lutte contre le terrorisme.

S'agissant des conflits qui ne sont pas réglés et les violations systématiques du DIH, il a notamment évoqué les violences dans l'État de Rakhine au Myanmar. Il souhaite que ses autorités mettent un terme aux opérations militaires, laissent passer les secours humanitaires et reconnaissent le droit des réfugiés au retour dans la sécurité et la dignité.

En ce qui concerne le changement climatique, il a exhorté les gouvernements à mettre en œuvre l'Accord de Paris sur le climat et à aller bien au-delà.

La cinquième menace concerne les inégalités croissantes qui minent les fondements de la société et le contrat social. « Nous avons un plan pour changer de cap et parvenir à une mondialisation équitable. Ce plan, c'est le programme 2030 », a-t-il indiqué, en référence au programme de développement durable à l'horizon 2030 adopté en 2015 par les Etats membres des Nations unies.

Enfin, le chef de l'ONU a évoqué la mobilité humaine qui, selon lui, pose des problèmes particuliers, « mais si elle est bien gérée, elle peut unir notre monde ». Par ailleurs, il a félicité les pays qui ont accueilli des millions de personnes déplacées de force avec un sens admirable de l'hospitalité. « Nous devons redoubler d'efforts pour les aider dans cette tâche », a-t-il dit.

Afrique

Changement climatique - Des éruptions volcaniques pour sauver le climat

Une éruption volcanique de forte ampleur peut influencer le climat d'une façon importante pour plusieurs… Plus »

Copyright © 2017 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.