19 Septembre 2017

Burkina Faso: Pèlerinage 2017 - 400 nouveaux El Hadj et Adja sont de retour

Les premiers pèlerins burkinabè sont rentrés au bercail, hier soir, après avoir accompli, le 5e pilier de l'islam en terre saoudienne. Joie et fierté se lisaient sur les visages des uns et des autres.

Nouhou Berthé vient d'ajouter un titre honorifique, El Hadj, à son nom. Après plus d'un mois (13 août-18 septembre 2017) passé à La Mecque où, il a accompli, dans « de très bonnes conditions », le 5e pilier de l'islam, El Hadj Berthé est arrivé, le mardi 19 septembre 2017, dans l'après-midi, à Ouagadougou.

Tout de blanc vêtu, enturbanné et chaussé de babouches aussi blanches, Nouhou Berthé fait partie des 400 premiers pèlerins à fouler le sol burkinabè, à bord de l'airbus A330 de Flynas.

Visiblement, El Hadj Nouhou Berthé est en bonne santé. Pour celui qui est à son premier pèlerinage, il a reconnu qu'en réalité, « pour faire le hadj, il faut être dans de bonnes conditions physiques et spirituelles ».

Ce, d'autant plus que les épreuves sont physiques, le climat saoudien est assez aride, variant entre 40° et 50° C. « Les personnes se déshydratent très vite. Ce qui fait qu'on a enregistré des cas de fatigue, de maladies », a-t-il témoigné. Témoignages qu'a confirmés El Hadj Amidou Tarnagda.

« Il y avait beaucoup de vieilles personnes parmi nous. A chaque fois, il y avait des cas de disparus, ou de malades, ou encore sans accompagnants. Ce qui nous a trop fatigués », a-t-il ajouté. Sinon, il a confié avoir accompli toutes les étapes du hadj, des sept tours de la Kaaba à la lapidation de Satan, de Mina à Arafat, en passant par Mouzdalifa, avant de revenir à La Mecque.

El Hadj Tarnagda a aussi soutenu que les fidèles musulmans ont eu des problèmes de logement à leur arrivée à Mina.

Pour El Hadj Arouna Sanogo qui est à sa première participation, l'édition 2017 a été sans faute. « Tout s'est bien passé par la grâce d'Allah. Je suis allé et revenu en bonne santé. Je n'ai eu aucun problème.

Je rends grâce à Dieu», a-t-il déclaré. Venus accueillir les pèlerins sur le tarmac de l'aéroport international de Ouagadougou, des membres du gouvernement conduits par le ministre en charge de l'administration territoriale, Siméon Sawadogo ont souhaité la bienvenue aux nouveaux « El Hadj et Adja ».

Le ministre Sawadogo, s'est réjoui de voir des « visages radieux » descendre de l'avion et aussi espérer qu'ils soient porteurs « de nombreuses bénédictions pour leurs familles et le pays ». Parce que, « quand ils partaient, nous étions très inquiets ».

Des 8143 musulmans burkinabè qui ont effectué le déplacement, 10 ont perdu la vie et de nombreux autres sont tombés malades. Et Siméon Sawadogo d'interpeller les fidèles croyants : « Pour aller à La Mecque, il est toujours souhaitable d'y aller quand on est en forme.

A 90 ans, 96 ans, vous partez avec des maladies, souvent sur des roulettes ». Les difficultés de logements s'expliquent par le fait que les organisateurs ont cédé des sites réservés aux Burkinabè aux Nigérians et aux Angolais, foi du ministre.

En attendant de faire le point et de mieux préparer l'édition prochaine, les pèlerins continueront de fouler le sol burkinabè jusqu'au 28 septembre prochain.

Burkina Faso

En visite de chantiers a l'Aibd et Diamniadio - Roch Marc Christian Kaboré impressionné par les projets en cours

Les présidents Roch Marc Christian Kaboré et Macky Sall ont visité les chantiers de… Plus »

Copyright © 2017 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.