20 Septembre 2017

Sénégal: Le transfert de technologies au cœur du dispositif de lutte contre le changement climatique

Saly-Portudal (Mbour) — Le transfert de technologies est au cœur du dispositif de lutte contre le changement climatique à travers la mise en place des "Contributions déterminées au niveau national" (CDN), a indiqué Doudou Ndiaye, directeur de cabinet du ministre de l'Environnement et du Développement durable.

"Les CDN, plans d'actions climatiques à l'horizon 2030 des pays, contiennent des actions ambitieuses de réduction des émissions des gaz à effet de serre dans les secteurs à fort potentiel socio-économique comme l'énergie, l'agriculture, l'industrie, etc., à travers la mise en œuvre des technologies climatiques adaptées au contexte local", a-t-il dit.

Economiste de l'environnement, M. Ndiaye intervenait mardi à Saly-Portudal (Mbour, ouest) lors de l'ouverture d'un atelier de deux jours sur l'intégration des technologies dans les plans d'actions nationaux climatiques en Afrique francophone.

Doudou Ndiaye a jugé important de consacrer une part importante à l'évaluation des besoins en technologie de la CDN, gage de réussite de cet engagement. A cette occasion, il a rappelé que la plupart des pays africains ont élaboré leur document "Etude des besoins technologiques" (EBT).

Dans le cadre de cette étude, ces technologies jugées "prioritaires" et pouvant contribuer aux objectifs d'atténuation et de développement économique et social du pays, ont été retenues, avec une analyse des barrières s'opposant à leur transfert.

"L'appui du Centre et réseau des technologies climatiques (CTCN) et des autres bailleurs est sollicité pour faire une cartographie des besoins en technologie dans tous les secteurs concernés par la CDN", a-t-il signalé.

Mais, le conseiller technique du ministre de l'Environnement et du Développement durable a avertit que la mise en place de technologies climatiques ne se fera pas sans obstacle majeur.

Doudou Ndiaye a estimé qu'il serait opportun de lever "certaines contraintes" liées notamment à l'inadéquation entre le coût élevé des technologies et le niveau de revenu des communautés vulnérables.

Selon lui, ces contraintes sont également liées au manque d'études de faisabilité pour permettre le financement, à défaut de subventions et d'exonérations de la part des gouvernements.

Il a aussi évoqué la non vulgarisation des connaissances et technologies endogènes, la dynamisation de l'intervention du CTCN et l'importantes questions du droit de propriété intellectuelle.

Sénégal

Mécontents de la hausse du prix de la farine, les boulangers annoncent 48 heures sans pain

Si rien n'est fait d'ici là, les boulangers envisagent de ne pas fabriquer de pain les 1er et 2 novembre… Plus »

Copyright © 2017 Agence de Presse Sénégalaise. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.