20 Septembre 2017

Congo-Kinshasa: Suite aux affrontements meurtriers survenus vendredi, la MONUSCO apporte un soutien aux réfugiés burundais à Kamanyola

communiqué de presse

La Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) apporte un soutien de première urgence aux réfugiés burundais suite aux affrontements mortels qui ont eu lieu vendredi dernier à Kamanyola (province du Sud-Kivu) dans lesquels 38 réfugiés (24 hommes, 13 femmes et un enfant) et un militaire congolais ont été tués et plus d'une centaine de personnes blessées.

La MONUSCO a immédiatement apporté les premiers secours et a distribué de la nourriture et de l'eau. Elle a également assuré la protection des quelque 1 500 réfugiés rassemblés à l'extérieur de la base MONUSCO. Au lendemain des affrontements, la MONUSCO et le Haut-Commissariat des Nations pour les réfugiés (HCR) ont déployé des équipes sur le terrain pour aider et évacuer les blessés, le HCR fournissant également des conseils psychosociaux.

La MONUSCO a évacué par hélicoptère et par la route 32 réfugiés burundais grièvement blessés de Kamanyola vers les hôpitaux de Goma et Bukavu.

« Nous continuerons à protéger les personnes qui en ont besoin et à encourager le dialogue afin de faciliter une résolution pacifique et digne de la situation », a déclaré le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en République démocratique du Congo, Maman Sidikou.

La MONUSCO a également soutenu les premiers efforts de médiation, lesquels ont été renforcés par la visite, hier à Kamanyola, du Représentant spécial adjoint du Secrétaire général. David Gressly, accompagné de représentants du HCR, s'est entretenu avec les autorités locales ainsi qu'avec les réfugiés burundais afin de résoudre la question de l'enregistrement complet et de la réinstallation ultérieure des réfugiés loin de la frontière burundaise et ceci conformément aux lois et politiques internationales et nationales.

La MONUSCO mène également des enquêtes, y compris une enquête sur les droits de l'homme, pour établir les circonstances exactes de ces actes violents. La MONUSCO condamne l'usage excessif de la force qui a résulté en un nombre élevé de victimes civiles, y compris des femmes et des enfants. La MONUSCO réaffirme que les forces de sécurité devraient disposer des moyens et de la formation nécessaires pour utiliser des techniques non létales de maintien de l'ordre public.

Congo-Kinshasa

Rapport de la Cenco sur l'avancement du processus d'enrôlement

La Cenco a présenté un rapport lundi 20 novembre sur l'avancement du processus d'enrôlement en RDC.… Plus »

Copyright © 2017 United Nations Stabilization Mission in the DR Congo. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.