20 Septembre 2017

Congo-Kinshasa: Réunion à l'ONU sur la situation du pays, en marge de l'Assemblée générale

Mardi 19 septembre à New York, la situation en Centrafrique a fait l'objet d'une réunion à un haut niveau en marge de l'Assemblée générale des Nations unies. La réunion s'est tenue en présence notamment du président centrafricain Faustin-Archange Touadéra.

Alors que beaucoup craignent une diminution des crédits alloués aux opérations de maintien de la paix en raison d'un probable désengagement budgétaire américain, OCHA, le bureau des affaires humanitaires de l'ONU, rappelle les besoins criants en République centrafricaine : 1,1 million de personnes ont dû fuir les violences et sont déplacées ou réfugiées à l'étranger. Un triste record. Najat Rochdi est la représentante d'OCHA en Centrafrique :

« Nous avons atteint effectivement 600 000 déplacés internes qui sont dans une situation de vulnérabilité assez importante. Mais cela ne nous fait pas oublier non plus que beaucoup de civils - beaucoup de populations civiles - également souffrent beaucoup et ont besoin d'une assistance humanitaire. Et en fait, on considère qu'un Centrafricain sur deux a besoin d'une assistance humanitaire, qu'elle soit en termes de nourriture, qu'elle soit en termes de services de santé, que ce soit par rapport à l'accès à l'école et autres.

Donc en fait, les 600 000 déplacés internes, effectivement, sont dans une vulnérabilité beaucoup plus importante et sont réellement dans un besoin d'urgence humanitaire, mais il ne faut pas oublier que la situation humanitaire du reste de la population est touchée et constitue quand même 50 % de la population totale de la Centrafrique qui est également dans ce besoin d'assistance », a-t-elle déclaré.

L'action humanitaire en RCA a plus que jamais besoin de financement. Aujourd'hui le plan de réponse pour l'année 2017 n'est financé que pour un quart, soit 130 des 500 millions de dollars nécessaires, explique encore Najat Rochdi représentante d'OCHA en RCA.

« Aujourd'hui nous sommes à un tournant où vraiment, avec les 26 % de financement que nous avons eus jusqu'à maintenant, il nous est absolument impossible de renforcer la sécurité des humanitaires et cela ne nous permet pas de faire parvenir l'assistance humanitaire à un certain nombre de localités qui sont très difficiles d'accès. Il y a une multiplication de points chauds, une augmentation des besoins. Les financements qu'on avait n'étaient même pas suffisants pour couvrir le besoin déjà diagnostiqués en 2016. Donc, vous imaginez qu'aujourd'hui, avec un tel changement au niveau du nombre de personnes déplacées, au niveau du nombre de populations acceptées, au niveau de la détérioration de la situation de la malnutrition, au niveau même de l'augmentation du nombre de personnes qui ont besoin de traitement médical - même suite à leurs blessures, etc. -, je peux vous assurer que la situation est vraiment catastrophique ! »

Congo-Kinshasa

La MONUSCO demande la libération immédiate de militants de l'opposition arrêtés dimanche

La Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.