20 Septembre 2017

Burkina Faso: Programme d'autonomisation economique des jeunes et des femmes - Les bénéficiaires de la région du centre ont reçu leurs chèques

Le Programme d'autonomisation économique des jeunes et des femmes PAE/JF a dévoilé ses heureux bénéficiaires. Lancé le 19 juin dernier, ce sont au total 100 000 dossiers qui ont été reçus. Mais seuls 13 471 porteurs de projets vont bénéficier du fonds. La cérémonie de remise des chèques des porteurs de projets de la région du Centre a eu lieu sous la présidence du Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, et en présence de quelques membres du gouvernement, dans une salle des Banquets de Ouaga 2000 pleine à craquer. C'était hier, 19 septembre 2017.

Au Burkina Faso, le taux de chômage des jeunes actifs est estimé à 14,1%, selon l'Enquête multisectorielle continue (EMC) réalisée par l'INSD en 2014. Chaque année, une cohorte d'environ 160 000 nouveaux bacheliers actifs sort des écoles et des universités. Face à cette jeunesse qui chasse son avenir en meute, le gouvernement a décidé de la mise en œuvre, conformément au PNDES, du Programme d'autonomisation économique des jeunes et des femmes (PAE/JF). D'ici à 2019, ce programme doit permettre le financement de 30 000 micro-projets, la création de 90 000 emplois directs et plus de 100 000 emplois indirects.

Pour parvenir à ces résultats, le gouvernement met à la disposition des jeunes et des femmes des crédits souples, à des taux d'intérêt exceptionnels. Les montants des concours sont variables. Ils vont de 100 000 F CFA à 1 000 000 de F CFA pour les promoteurs et promotrices de Très petites entreprises (TPE), et de 1 000 000 à 1 500 000 F CFA pour les jeunes titulaires d'un diplôme post Bac. Les taux d'intérêt applicables sont de 0% pour les personnes vivant avec un handicap ; 1% pour les femmes et les jeunes et 2% pour les titulaires d'un diplôme post Bac. Un pactole de 16,500 milliards de F CFA a été mobilisé pour la durée totale du projet.

Pour l'année 2017, confie le coordonnateur du PAE/JF, Soumaïla Guitibaré, sur plus de 100 000 dossiers reçus, 91 720 ont été jugés recevables pour un besoin de financement de 70 milliards de F CFA. « Or, nous n'avons que cinq milliards quatre cent mille F CFA comme budget. Au regard de l'enveloppe disponible, il s'est avéré difficile de satisfaire tous les porteurs de projets», a-t-il affirmé. Il a fallu donc procéder au choix des meilleurs projets. Des critères de choix retenus, il y a la cohérence, l'innovation du projet, le secteur d'activité. Ainsi, 13 471 dossiers ont été retenus. Dans la région du Centre, ce sont 6 983 dossiers qui ont été retenus, soit 91,83% des dossiers.

Et sur l'ensemble des projets retenus, plus de 50% sont portés par des femmes. « Ce n'est que justice, car il est connu de tous que la pauvreté a toujours un visage féminin dans notre pays, malgré les efforts de l'Etat et l'énergie que ces femmes déploient au quotidien pour leur épanouissement », a relevé le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba. Le Président du Faso, a-t-il ajouté, est déterminé à accompagner cette jeunesse entreprenante et ces femmes qui ont conscience de leur situation et qui sont prêtes à rompre avec les stéréotypes d'une jeunesse oisive, au chômage, de la femme au foyer, et dont la société est porteuse de l'entière responsabilité de sa situation.

« Un fonctionnaire honnête ne peut jamais être riche »

Pour le Chef du gouvernement, la véritable solution au chômage des jeunes réside dans la formation du capital humain. « Notre système éducatif ne doit plus fabriquer uniquement des diplômés, mais des diplômés nantis d'un savoir-faire et des jeunes ayant un savoir-faire dans des domaines variés », a-t-il lancé à l'endroit des jeunes et des femmes venus nombreux. Il a aussi annoncé que les ministres en charge de l'éducation sont à pied d'œuvre pour que les réformes en la matière soient faites pour permettre de réaliser l'objectif global du PNDES de transformer structurellement l'économie burkinabè.

« Le gouvernement est en train de créer de nombreuses opportunités, à vous de les saisir et d'en tirer le meilleur profit », s'est-il adressé aux jeunes et aux femmes. Il a insisté sur la nécessité, pour la jeunesse, de faire preuve de courage et de se départir de la paresse, du gain facile, de la culture du fonctionnariat. «Un fonctionnaire honnête ne peut jamais être riche. La richesse se trouve dans le privé», a martelé Paul Kaba Thièba.

A l'endroit particulièrement de ceux qui ont reçu le financement, le Premier ministre a laissé entendre qu'ils détiennent entre leurs mains, les clés de la pérennisation du programme : « Sachez que l'usage que vous ferez de cet argent est capital. Le gouvernement place sa confiance en vous. Vous avez le devoir de valoriser ces financements en vue de pérenniser le programme et permettre à d'autres jeunes d'en profiter », a-t-il dit.

La représentante des bénéficiaires, Clotilde Sawadogo, a rassuré le PM sur la pleine conscience des bénéficiaires quant à l'utilisation à bon escient de ces fonds. « Nous sommes conscients que la pérennité du projet dépendra de l'usage que nous allons faire de ces premiers financements. Nous donnerons le meilleur de nous-mêmes pour que ces projets grandissent pour permettre à nos frères et sœurs d'avoir la chance d'obtenir les prochains financements », a-t-elle rassuré.

Après la région du Centre, les bénéficiaires du financement des 12 autres régions recevront également leurs chèques dans les jours à venir, a annoncé le coordonnateur du PAE/JF.

Burkina Faso

Arrestation de Pascal Zaïda - Les explications de la police nationale

«A l'appel de certaines organisations associatives, dont le «Mouvement Populaire de la Jeunesse» et le… Plus »

Copyright © 2017 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.