20 Septembre 2017

Sénégal: Libération de l'ancien président de l'Iaaf - Le collectif pour de Lamine Diack lance une pétition et interpelle l'État

Le Collectif pour Lamine Diack, retenu par la justice française depuis prés de deux ans, a réclamé la libération de l'ancien président de l'Iaaf. A travers une rencontre organisée hier, mardi 19 septembre, les soutiens (sportifs, politiques, journalistes) et amis, venus de divers horizons, ont lancé une pétition.

Il compte recueillir le maximum d'adhésion et solliciter, pour des «raisons humanitaires» la mise en liberté du dirigeant sénégalais et lui permettre de retrouver sa famille. Aussi invite-t-il, à travers cette requête, le chef de l'Etat Macky Sall et son gouvernement d'actionner la voie diplomatique et de s'investir un peu plus sur l'affaire Diack.

Le Collectif pour Lamine Diack à travers une rencontre organisée hier, mardi 19 septembre vient de lancer une pétition pour exiger la libération de l'ancien président de la Fédération mondial d'athlétisme retenu depuis deux ans par la justice française et empêché de sortie du territoire française.

Autour de sa famille, d'amis, de soutiens venus de divers horizons, ledit collectif a lancé à travers le Sénégal et à l'étranger une pétition et appelé toutes les bonnes volontés à le signer pour que Lamine Diack soit mis en liberté, lui permettre de regagner son pays mais aussi de se mettre à la disposition de cette même justice française chaque fois qu'il le décidera. Ce, compte tenu de son âge assez avancé et de l'état de sa santé jugée fragile. «Nous voulons que la justice française dans un souci d'humanité puisse permettre à Lamine Diack de retrouver sa famille. Nous faisons cette pétition non pas dans l'esprit d'un combat mais dans l'esprit d'une démarche que nous voulons intelligente, dynamique et ouverte à tous les hommes de bonne volonté », a déclaré Magib Séne, un des initiateurs et porte parole du collectif. «Nous avons convié les compatriotes sénégalais à s'unir autour d'une pétition, de la signer et de la remettre officiellement au gouvernement».

Dans cette perspective, le collectif, dont on compte déjà journalistes sportifs de toutes générations, présidents de fédérations, hommes politiques, anciens sportifs, amis, proches ou simples anonymes, se sont succédé à la tribune pour témoigner sur l'homme et revenir sur son parcours mais surtout dire leur adhésion à cette pétition qui a été lu. Le message du chanteur Akon se disant prêt à s'impliquer à la cause traduit également le mouvement de soutiens attendus à travers le Sénégal mais aussi à l'étranger dans le souci de peser de tout son poids.

«Lamine Diack a suffisamment de garantis pour répondre à chaque fois que de besoin la justice française»

Ces soutiens de Lamine Diack, estiment que l'ancien patron de l'athlétisme mondial, mis en examen pour «corruption passive et blanchiment» a suffisamment de garantis pour pouvoir répondre à chaque fois que de besoin la justice française. Selon eux, sa non libération ne peut d'ailleurs et en aucun cas, comme d'aucuns le pensent, avoir des liens avec le cas de son fils Massata Diack qui n'aurait pas encore répondu à la convocation de la justice française. «Si tel est le cas, nous pouvons penser que Lamine Diack est en otage. Nous pensons que ce n'est pas très sérieux parce que nous pensons au cas de Michel Platini, de Sepp Blatter au niveau de la Fifa qui ont fait des choses terribles. Ils ont été suspendus. Ils n'ont jamais été privés d'une liberté de mouvement », relève le porte parole du collectif.

«Quand on a 80 ans, on est en train de jouer son 4éme quart temps»

« Lamine Diack est un homme qui ne sait pas fuir parce qu'il incarne des valeurs. Ces valeurs sont secrétées par un peuple intelligent, courageux et qui n'a jamais renié ses qualités premières. Compte tenu de tout cela, nous pensons que Lamine Diack peut être remis en liberté», argumente t-il. Outre la pétition qu'il lui soumettra, ledit collectif a invité le gouvernement sénégalais à mettre en contribution sa diplomatie pour le retour du président Diack. «L'ancien ministre Amadou Karim Gaye disait que l'on ne négocie pas dans la place publique. Donc, nous demandons au gouvernement sénégalais de s'investir un peu plus dans l'affaire et de façon intelligente pour permettre à Lamine Diack de revenir. Les Etats connaissent les moyens d'arriver à une solution que l'on n'espérait pas», soutient Magib Séne, avant d'ajouter : «Nous lançons un appel à la justice française, aux autorités françaises et aux autorités sénégalaises de conjuguer leurs efforts et permettre à Lamine Diack de revenir dans son pays et au milieu de sa famille, de ses enfants car, il a un âge avancé. Quand on a 80 ans, on est en train de jouer son 4e quart temps.», conclut-il.

Sénégal

Audience renvoyée au 3 janvier pour Khalifa Sall

Au Sénégal, le procès de Khalifa Sall devait s'ouvrir ce jeudi 14 décembre. L'ancien maire… Plus »

Copyright © 2017 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.