20 Septembre 2017

Cameroun: Bankim - « Quartier latin » de l'Adamaoua

L'arrondissement qui présente l'un des plus forts taux de scolarisation de la région, présente bien d'autres spécificités.

Le saviez-vous ? Bankim présente une carte scolaire pouvant faire pâlir de jalousie : 306 écoles primaires et maternelles, à cycle complet. S'y ajoutent, de nombreux établissements relevant du secondaire. Cette bonne couverture en institutions éducatives, constitue l'un des acquis de cette unité administrative.

Limitrophe de Ngambé-Tikar, département du Mbam-et-Kim dans la région du Centre et de Magba, département du Noun dans l'Ouest, Bankim, l'un des trois arrondissements du Mayo-Banyo, partage en outre une frontière de plus de 40 kilomètres avec le Nigeria. Localité la plus éloignée de Ngaoundéré, chef-lieu de la région de l'Adamaoua, Bankim, est unique en son genre. Il faut parcourir plus de 600 kilomètres à partir de Ngaoundéré, avant d'atteindre le « village des baobabs », autre appellation de Bankim, pas du tout usurpée.

Car, l'un des éléments qui capte l'attention du touriste, c'est le nombre de baobabs au mètre, carré. Pour le chef supérieur El Hadj Ibrahim Gah II, cet arbre sacré est l'un des « symboles » de la ville. Pour visiter la cité des Tikar, des Mambila, des Kwanja... , le voyageur doit faire beaucoup de calculs. En partant de Ngaoundéré, il traverse au moins une dizaine d'agglomérations, dont les plus connues sont : Nyambaka, Meiganga, Dir, Ngaoundal, Tibati, Banyo, Mayo-Darlé. Il parcourt donc une bonne partie du territoire de la région.

Le voyage prend une journée. Située à cheval entre Bafoussam et Banyo, Bankim fait partie de la plaine du Mayo-Banyo. La localité est rendue aussi célèbre du fait de la présence sur son sol du barrage sur la Mapé, cours d'eau qu'il partage avec Magba. L'activité de pêche est assez développée dans le coin. La contrée attire de nombreux pêcheurs maliens, nigériens, nigérians, et de nombreuses populations venant de l'Extrême-Nord, du Centre, de l'Ouest et du Nord-Ouest...

Un agropole de poissons est en gestation. La nature cosmopolite de la population ne se limite pas au chef-lieu de l'arrondissement. Le brassage est bien visible, même dans les villages et cantons comme Nyamboya, Bandam, Tchamba, Songkolong, Somié, Atta, entre autres. Le centre-ville de Bankim, vitrine de l'arrondissement, a amorcé une mue qui a néanmoins de la peine à se consolider. La municipalité que dirige le très discret Philippe Njowe a construit un marché moderne. L'équipement marchand est cependant confronté au défi de l'entretien.

A l'entrée de la ville, en venant de Nyamboya, le nouveau siège de la mairie sort de terre. Le bitumage annoncé du tronçon Magba-Bankim-Nymaboya-Mayo-Darlé, donnera certainement un coup de fouet au développement de ce grand pôle de production agro-pastorale. Car Bankim souffre de l'enclavement, et notamment de l'état de ses routes.

Mais sa dynamique population, son élite, ses terres, ses cours d'eau, sa richesse culturelle, ses sites touristiques comme la falaise de Yimbere entre Mayo-Darlé et Nyamboya, ses traditions construites autour de la mythologie des Tikar ou encore des Mambila et des Kwanja, constituent d'importants atouts.

Vision

Lazare Dolou: « Le désenclavement est en cours »

Chef de station CRTV Adamaoua, élite.

« La commune de Bankim est une merveille. Rares sont ces communes où l'on dispose d'autant de potentialités. Vous avez un barrage de retenue d'eau, un sol fertile favorisant l'agriculture et l'élevage, une population dynamique. Progressivement, le désenclavement est en cours, avec le bitumage de la route Foumban-Magba, et bientôt Banyo. Chaque année, les pouvoirs publics fournissent des efforts pour alléger les souffrances des populations, à travers infrastructures de base, écoles, centres de santé, adductions d'eau potable... »

Joseph Tchimi Ngoubli: « Il y a des améliorations »

Elite.

« Dans l'ensemble, les choses s'améliorent positivement. Le quotidien se vit bien. On peut évoquer comme améliorations, le respect du plan directeur de la ville, à travers la voirie urbaine en cours d'aménagement. Sur le volet de l'éducation, on peut citer la distribution du paquet minimum comme il se doit. Pour moi, la liste des réalisations reste exhaustive. Je suggère qu'on pense également aux voies d'accès et aux routes communales. Afin de relier les pôles d'attraction et les pôles d'opportunités, qui pourront sans doute booster le développement économique de cette localité. »

Constance Ngouotong: « Une métamorphose incroyable »

Ménagère.

«Dans les années 1999-2000, la ville était comparable à un petit village. En un laps de temps, cette ville a connu une métamorphose incroyable. Avec notamment la construction de l'hôtel de ville, et puis l'aménagement de l'hôpital de Bankim, qui présente aujourd'hui un joli visage. Mais je souhaite voir dans les jours à venir, la concrétisation du projet de construction du marché de Bankim. Ce marché est devenu très étroit, par rapport à la population qui a connu une augmentation. La population attend aussi, avec espoir, la construction de la place des fêtes de Bankim. »

Cameroun

Anglophone - Nouveaux combats meurtriers entre armée et séparatistes

De nouveaux affrontements ont éclaté entre des militaires et des assaillants présentés comme… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.