21 Septembre 2017

Cameroun: Ouverture du procès en appel du correspondant de RFI d'Ahmed Abba

Le procès en appel du correspondant de RFI en haoussa Ahmed Abba s'ouvre ce jeudi 21 septembre à Yaoundé. Cela fait plus de deux ans que le journaliste est emprisonné au Cameroun.

D'abord accusé d'apologie du terrorisme, il a été acquitté de cette charge lors de son premier procès, mais néanmoins condamné pour non dénonciation et blanchiment du produit d'un acte terroriste.

Malgré une procédure judiciaire menée à charge, Ahmed Abba, ses collègues et son avocat veulent croire cet appel sera l'occasion de l'innocenter définitivement.

Nous attendons de cette audience que les nouveaux juges qui siègeront puissent entendre la cause de M. Abba et que nous puissions enfin démontrer son innocence en alignant les preuves que nous avons ; preuves qui ont été refusées par le tribunal en première instance.

Cameroun

Le procès en appel d'Ahmed Abba se poursuit

La seconde audience du procès en appel de notre collègue Ahmed Abba s'ouvre ce jeudi 19 octobre à… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.