20 Septembre 2017

Afrique: Pour l'Afrique du Sud, le continent peut et doit trouver ses propres solutions à ses défis

Photo: Photo ONU/Manuel Elias
Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres (à gauche) devant le Conseil de sécurité. A sa droite, le Premier ministre d’Ethiopie, Hailmariam Dessalegn, dont le pays préside le Conseil de sécurité en septembre.

Devant l'Assemblée générale des Nations Unies, le Président de l'Afrique du Sud, Jacob Zuma a réaffirmé mercredi l'attachement de son pays au multilatéralisme.

Le chef d'Etat sud-africain a souligné l'importance de la coopération entre Pretoria et les Nations Unies et les organisations régionales et sous-régionales, en particulier l'Union africaine (UA), sur les questions de maintien de la paix et de sécurité internationale.

« Nous nous félicitons du soutien continu aux efforts de l'UA pour résoudre les conflits sur le continent africain en promouvant des 'solutions africaines aux problèmes et défis africains' », a dit M. Zuma.

« En tant qu'Africains, nous faisons tout notre possible pour atteindre notre objectif de faire taire les armes d'ici 2020, comme l'indique notre Agenda 2063, un projet continental pour une Afrique pacifique, prospère et démocratique ».

Le Président sud-africain a souligné que l'Afrique continue à faire des progrès significatifs dans la résolution des défis en matière de paix et de sécurité sur son continent.

Devant les Etats membres de l'ONU, M. Zuma a émis l'espoir de voir bientôt le peuple libyen vivre « en paix et harmonie, dans un pays uni et démocratique ».

« En 2011, l'Union africaine a appelé au dialogue pour résoudre la crise en Libye. Malheureusement, certains d'entre nous ont opté pour des armes à feu et des bombes », a déploré le chef d'Etat sud-africain.

« Aujourd'hui, ces pays font peu d'efforts pour promouvoir la stabilité en Libye », a dit M. Zuma les fustigeant pour l'accent mis sur les flux de migrants arrivant en Europe depuis l'Afrique et le Moyen-Orient.

« La guerre en Libye a beaucoup contribué à la déstabilisation de la région du Sahel », a-t-il rappelé. « Et cela jusqu'en Afrique centrale, créant un couloir pour le trafic illicite d'armes ainsi que des activités terroristes ».

M. Zuma a également appelé les Etats membres de l'Organisation à résister à tous les efforts visant à démêler et compromettre l'Accord de Paris sur le climat.

« L'Accord de Paris est une étape importante dans l'histoire des efforts visant à aborder le changement climatique et toutes ses conséquences », a-t-il dit. « Nos efforts devraient viser la mobilisation des ressources requises pour sa mise en œuvre ».

En savoir plus

Macky Sall voit le financement de l'éducation comme un rempart contre l'extrémisme

Le financement de l'éducation est "essentiel" dans la mesure où il permet de "forger l'esprit et la… Plus »

Copyright © 2017 UN News Service. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.