20 Septembre 2017

Cameroun: Pr Paul Tchawa - « Ce qui surprend, c'est l'intensité inhabituelle de ces pluies »

interview

Chef de département de géographie à l'université de Yaoundé I

Certaines régions camerounaises son sujettes à des inondations liées notamment à d'abondantes pluies diluviennes. Qu'est-ce qui explique cela en cette période de l'année ?

Dans un premier temps, ces pluies diluviennes interviennent à un moment où on devrait s'y attendre. Ce qui surprend, c'est plutôt l'intensité inhabituelle de ces pluies. Plusieurs hypothèses sont évoquées pour expliquer cette tendance globale haussière. Les plus optimistes pensent que le climat est essentiellement changeant. Et jusqu'à une certaine mesure, cela pourrait participer de la variabilité intrinsèque du climat. Cette augmentation est d'autant plus inquiétante pour le GIEC (groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat). Il est arrivé à la conclusion selon laquelle ces phénomènes pluvieux paroxysmiques sont à mettre en relation avec des comportements de l'homme (production de gaz carbonique, déforestation, etc.).

Y a-t-il un risque de voir perdurer ces phénomènes pluvieux ?

Le risque est élevé de voir de tels événements se répéter dans le temps. D'où les réactions et la mobilisation à différentes échelles observées durant la Cop 21 pour un changement des comportements et l'inversion de cette dangereuse courbe ascendante. Les acteurs de la société internationale sont bel et bien conscients qu'il ne s'agit pas d'un mouvement épisodique.

Que faudrait-il faire pour justement inverser ces dérèglements climatiques ?

Sur le plan international, il faudrait se réorganiser. Pour cadrer à l'actualité, la position d'un pays comme les Etats-Unis sur les questions climatiques est fortement attendue lors de la 72e Assemblée générale des Nations unies. On peut déjà saluer l'implication des bailleurs de fonds à travers l'intégration des changements climatiques et la gestion des risques et catastrophes dans la maturation des projets et programmes.

Sur le plan interne, il faudrait repenser nos villes, afin d'en faire des villes durables. Pour y arriver, il faudrait un système efficace de transports en commun, moins polluants que 50 moteurs de voitures dans un bouchon. Par ailleurs, en termes d'urbanisation, la planification et l'occupation des zones à risque doivent être bien encadrées dans le but d'éviter des catastrophes, telles que les inondations et glissements de

Cameroun

Anglophone - Nouveaux combats meurtriers entre armée et séparatistes

De nouveaux affrontements ont éclaté entre des militaires et des assaillants présentés comme… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.