21 Septembre 2017

Afrique: Une production alimentaire mondiale en hausse malgré les conflits et les chocs climatiques qui compromettent la sécurité alimentaire

communiqué de presse

Rome — Selon la dernière édition du rapport de la FAO sur les Perspectives de récolte et la situation alimentaire, des récoltes importantes en Amérique latine et de meilleures conditions agricoles en Afrique australe sont sur le point d'avoir un effet positif sur l'approvisionnement alimentaire mondial, mais les conflits civils en cours et les chocs climatiques compromettent les efforts visant à réduire les souffrances liées à la faim.

Les ouragans survenus dans les Caraïbes et les inondations en Afrique de l'Ouest auront vraisemblablement pour conséquence d'entraver la production des fermes locales, cependant les tendances pour la production alimentaire sont plutôt positives, grâce notamment à des prévisions de productions céréalières record dans plusieurs pays.

Selon le rapport trimestriel, près de 37 pays, dont 28 en Afrique, ont besoin d'une aide alimentaire externe.

Les pays - l'Afghanistan, le Burkina Faso, le Burundi, le Cameroun, la République centrafricaine, le Tchad, le Congo, la République populaire démocratique de Corée, la République démocratique du Congo, Djibouti, l'Erythrée, l'Ethiopie, la Guinée, Haïti, l'Irak, le Kenya, le Lesotho, le Libéria, la Libye, Madagascar, le Malawi, le Mali, la Mauritanie, le Mozambique, la Birmanie, le Niger, le Nigéria, le Pakistan, la Sierra Leone, la Somalie, le Soudan du Sud, le Soudan, le Swaziland, la Syrie, l'Ouganda, le Yémen et le Zimbabwe - restent inchangés depuis juin.

Les conflits continuent d'avoir un impact sévère sur l'agriculture et la sécurité alimentaire en République centrafricaine, en République démocratique du Congo, en Irak, dans le Nord du Nigéria, en Somalie, au Soudan du Sud, en Syrie et au Yémen, avec souvent d'autres répercussions - en raison des déplacements de population et de l'insécurité civile en hausse - ailleurs.

En 2017, les chocs climatiques, notamment les sécheresses, ont amplifié les impacts dans certains pays, comme en Somalie et dans le Sud de l'Ethiopie.

Rebondir après El Niño

La production céréalière mondiale devrait atteindre un niveau record en 2017, avec 2 611 millions de tonnes.

Des gains majeurs sont également attendus en Argentine et au Brésil, tandis qu'une hausse de la production mondialeest attendue en Afrique et devrait être supérieure à 10 pour cent.

Cette hausse s'explique par l'augmentation des récoltes de maïs en Afrique australe, où les agriculteurs ont été durement touchés l'année dernière par le phénomène climatique El Niño, ainsi qu'une augmentation de la production de blé dans les pays nord-africains.

Selon les nouvelles estimations de la FAO, la production céréalière mondiale dans les pays à faibles revenus et à déficit vivrier (PFRDV) devrait également augmenter de 2,2 pour cent cette année, contribuant ainsi à réduire les besoins en importations.

Copyright © 2017 Food and Agriculture Organization of the United Nations. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.