21 Septembre 2017

Tunisie: Le secteur privé doit impulser l'investissement

Développement du secteur privé

En 2016, la banque de l'UE a accordé des financements pour un total de 1 070,6 millions d'euros afin de soutenir le développement du secteur privé sur la rive sud de la Méditerranée. Ces financements ciblaient des microentreprises, des petites et moyennes entreprises, ainsi que de grandes sociétés.

De hauts fonctionnaires, des investisseurs, des banquiers et des chercheurs d'Égypte, de Jordanie, du Liban, du Maroc et de Tunisie ont évoqué le contexte économique actuel et les moteurs potentiels de la croissance économique dans la région, les moyens d'aider les PME et les microentrepreneurs à accéder aux financements et les besoins d'investissement cruciaux pour promouvoir l'innovation et la compétitivité internationale des entreprises locales.

«Nous pensons que le secteur privé joue un rôle absolument essentiel pour stimuler l'activité économique et créer des emplois pour les chômeurs et les nouveaux arrivants sur le marché du travail. C'est pourquoi la BEI renforce son appui au secteur privé au titre de son initiative Résilience économique. Nous venons d'approuver 600 millions d'euros de financement en faveur des PME en Égypte, en Jordanie, au Liban, en Tunisie et au Maroc dans le cadre de cette nouvelle initiative. Et nous sommes actuellement à la recherche d'autres projets de qualité à soutenir», a affirmé Dario Scannapieco, vice-président de la BEI.

Emplois décents pour tous

Ivan Surkoš, ambassadeur et chef de la délégation de l'Union européenne en Égypte, s'est exprimé en ces termes : «Le développement économique est un enjeu d'une importance cruciale et, pour porter ses fruits, il doit être durable et inclusif et offrir des emplois décents à tous, en particulier aux jeunes et aux femmes». «Dans ce contexte, le secteur privé joue un rôle primordial. Le soutien aux PME et au secteur privé en Égypte et dans le bassin méditerranéen continuera donc d'être au cœur de la coopération européenne», a-t-il ajouté.

Ivan Surkoš a fait observer que l'UE devrait mobiliser plus de 1,2 milliard d'euros de nouveaux financements en faveur des microentreprises et petites et moyennes entreprises (MPME) de la région grâce à l'initiative de l'UE sur l'inclusion financière au cours de la période 2016-2020. L'ambassadeur a indiqué qu'à cet effet, des ressources de la Facilité d'investissement pour le voisinage (FIV) de la Commission européenne et des institutions financières européennes seront mises en commun.

En outre, le chef de la délégation de l'UE a annoncé la mise en place d'une nouvelle initiative, le «Plan européen d'investissement extérieur» (PEIE), qui couvrira la région Moyen-Orient et Afrique du Nord et visera à mobiliser des fonds publics et privés de l'UE et de ses États membres. Cette initiative permettra également d'intensifier les efforts destinés à améliorer le climat des affaires et des investissements. Quelque 44 milliards d'euros devraient être mobilisés entre 2017 et 2020.

La conférence de la BEI se tient au moment où la banque de l'UE déploie son initiative Résilience économique, qui complète parfaitement le Plan européen d'investissement extérieur. L'initiative Résilience économique dans les pays voisins du Sud et les Balkans occidentaux implique un changement radical dans l'appui de la BEI à ces régions, l'objectif étant d'aider ces économies à absorber et à gérer les chocs et les crises, comme la crise des réfugiés syriens, tout en maintenant la croissance.

Tunisie

«La Belle et la meute», le cauchemar d'une Tunisienne en plans-séquences

Ce mercredi 18 octobre sort sur les écrans français un film tunisien ovationné au Festival de… Plus »

Copyright © 2017 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.