21 Septembre 2017

Madagascar: Tribunal à Anosy - Des gendarmes se heurtent à des policiers

Un face à face tendu entre policiers et gendarmes a eu lieu au tribunal lors du passage au parquet d'un adjudant. Il est arrêté pour grand banditisme.

Sur le pied de guerre. Les forces de police étaient sur le qui-vive, hier, en début de soirée, lors du passage au parquet de six inculpés pour grand banditisme, dont un gendarme principal de deuxième classe (NDLR: Adjudant). Prête à en découdre avec une dizaine de gendarmes de l'Escadron Blindé numéro 4 (EB4) à Ambatolampy, venus accompagner deux supérieurs hiérarchiques de l'adjudant cloué au pilori, dont un colonel et un chef d'escadron, la police a déployé un bouclier défensif.

La brigade criminelle a ramené un renfort surarmé à la tombée de la nuit. Aux alentours de 18 heures, une trentaine de policiers, entassés dans trois pick-up et un minibus, ont débarqué, pour tenir à l'œil la dizaine de gendarmes, venus de loin.

Les attendant de pied-ferme, des policiers d'élite du Service Central Antigang (SAG) et de l'Unité Spécialisée d'Intervention (USI) se sont invités à ce branle-bas de combat, avec tout un arsenal de commandos. Le niveau d'alerte était apparemment si élevé que certains de ces policiers, prêts à frapper d'une main de fer, portaient des gilets pare-balle, quoique les gendarmes sur places soient venus les mains nues. Le tout-

terrain qui les avait amenés était garé dans le parking du palais.

Six incarcérations

Les auditions des six prévenus ont été entamées dans l'après-midi, vers 15 heures. Elles ne se sont terminées que dans la soirée, aux alentours de 19h15, heure à laquelle le parquet a prononcé la mise en détention préventive des six incriminés. Les cinq inculpés, dont l'adjudant, ont été envoyés dare-dare à la maison de force de Tsiafahy. La femme mise dans le même sac qu'eux est, en revanche, placée à l'ombre à la maison centrale d'Antanimora.

Sitôt le sort des prévenus scellé, les trente policiers, aux nerfs à vif, ont établi un rideau de fer autour des prévenus pour faire écran. Les véhicules prévus conduire en prison les prévenus ont été placés sous haute-surveillance, avec tout un périmètre verrouillé.

Les gendarmes de l'EB4 ont, pour leur part, attendu avant de lever le camp.

Le forfait ayant coûte la liberté à leur frère d'arme a été perpétré à Anosy Avaratra, dans la nuit de vendredi à samedi. Une pharmacie a été prise pour cible. Le gang a utilisé une Peugeot 405 dont les plaques d'immatriculation ont été enlevées. Alors que quatre des passagers de la Peugeot 405 sont descendus pour sauter dans un taxi-be, ses deux derniers occupants,dont une femme, se sont fait cueillir. Pris en chasse par un véhicule de la police, le véhicule de transport en commun que les malfaiteurs avaient emprunté, a été immobilisé au terme d'une course-poursuite. Les quatre fuyards, dont le gendarme, ont balancé sous les sièges leurs armes ainsi qu'une partie de leur butin lorsque la police les y avait délogés.

Pratiques aberrantes

Le coup de théâtre militaire qui éclaté au tribunal à Anosy, hier soir, fait ressurgir l'ombre horrifiante d'une rébellion policière ayant ébranlé le même palais en 2012, à la différence près que les rôles ont été inversés. Dans la soirée du 24 juillet, des policiers du Groupe d'Intervention Rapide (GIR) ont chargé leur fusil puis embarqué de force cinq de leurs éléments, placés sous mandat de dépôt pour le meurtre d'un opérateur économique à Ankasina, au mois de mai. Le défunt a été délesté de soixante millions d'ariary en liquide.

Madagascar

Situation tendue dans le village d'Ikongo après l'évasion

Tandis que les forces de l'ordre recherchent toujours les prisonniers en cavale, les villageois eux ont toujours soif de… Plus »

Copyright © 2017 L'Express de Madagascar. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.