21 Septembre 2017

Burkina Faso: Libération de Djibril Bassolé - Les jeunes de la Nafa accentuent la pression

La jeunesse militante de la Nafa se dit indignée par ce qu'elle qualifie «détention arbitraire de Djibril Bassolé». Jeudi 21 septembre 2017, elle est montée au créneau assurer que la situation du «prisonnier politique» laisse à désirer.

Leur porte-parole, Hermann Ouilina, dénonce le fait que, deux ans durant, leur «candidat à l'élection présidentielle de novembre 2015, le général Djibril Bassolé, fait l'objet d'un acharnement politico judiciaire humiliant «qui ne laisse plus le peuple burkinabè et la communauté internationale épris de justice indifférent».

La jeunesse de la section Kadiogo de la Nafa confie aussi ne plus pouvoir supporter et «rester silencieux» face à cette situation. Pour elle, le général Bassolé est «victime d'obscures manœuvres politiciennes aux antipodes de l'éthique démocratique».

Saisissant l'occasion, les jeunes de la Nafa ont félicité et remercié les experts des Nations Unies «qui ont donné un avis juridique conforme aux normes juridiques internationales, qui sont au-dessus des lois nationales, avis que les Etats parties devraient respecter».

A les écouter, cette situation dans laquelle se trouve Djibril Bassolé est une «cacophonie juridique qui n'est pas en l'honneur des juges du tribunal militaire».

La jeunesse de la Nafa dit tout faire appuyer l'avis des experts des Nations Unies. Par conséquent, elle «interpelle le président du Faso à prendre les dispositions idoines en vue de l'application de cette décision».

Les jeunes de la Nafa exigent l'application d'une «justice équitable qui s'accommode avec un Etat de droit et démocratie véritable» et «la libération immédiate du général Bassolé». Ils veulent aussi «un procès équitable pour tous les justiciables du putsch du 16 septembre 2015».

Les jeunes de la Nouvelle alliance du Faso ont également tiré à boulets rouges sur le gouvernement. Hermann Ouilina et ses camarades s'insurgent contre «la mal gouvernance, la corruption et la vie chère».

Ils invitent le président du Faso à «faire observer formellement le principe de l'indépendance de la justice, à proscrire à jamais les juridictions d'exception, à veiller sur la dépolitisation de l'administration et à veiller à plus d'ouverture et de transparence dans la chaine des commandes publiques».

Burkina Faso

Affaire Thomas Sankara - Des Osc françaises et burkinabè interpellent la France

Des représentants d'organisations de la société civile burkinabè et française… Plus »

Copyright © 2017 Fasozine. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.