22 Septembre 2017

Togo - radicalisation, danger !

COMMENTAIRE

Les manifestations symbolisant le bras de fer gouvernement-opposition se sont poursuivies hier dans les rues togolaises. S'il est vrai que ces manifestations durent depuis un mois environ et se sont déjà soldées par trois morts et des dizaines de blessés, il est davantage établi qu'elles traduisent la rupture du dialogue entre le gouvernement et l'opposition sur la révision constitutionnelle. L'option de la mise en œuvre de la révision constitutionnelle est différemment perçue par les deux camps. Pour le camp gouvernemental, la révision constitutionnelle consacre des avancées majeures car elle limite le nombre de mandats présidentiels à deux et introduit le scrutin à deux tours, formalisant ainsi le retour à la Constitution de 1992. L'opposition apprécie également l'évolution censée être concrétisée par le référendum annoncé avant la fin de l'année. Mais le bât blesse autour du principe de la non-rétroactivité. Le gouvernement estime, en effet, que la révision constitutionnelle ne peut être appliquée avant la fin du mandat du président togolais, Faure Gnassingbé, qui s'achève en 2020. Alors que l'opposition croit que la réforme constitutionnelle devra s'appliquer dès quelle sera adoptée et donc entraîner le départ du chef de l'Etat togolais sur la base de la disposition selon laquelle : « Nul ne peut exercer plus de deux mandats». Autant le gouvernement est persuadé par la justesse de sa cause, autant l'opposition croit que sa requête est justifiée. A telle enseigne que les nouvelles manifestations ont dégénéré en affrontements entre partisans du gouvernement et ceux de l'opposition. Les forces de l'ordre ont dû s'interposer pour éviter l'irréparable. Ce n'est d'ailleurs que partie remise, puisque le leader de l'opposition, Jean-Pierre Fabre, appelle à d'autres manifestations les 26, 27 et 28 septembre prochains. La question de la non-rétroactivité de la révision constitutionnelle est si cruciale qu'elle ne saurait être réglée dans la rue. Le jeu démocratique prévoit certainement d'autres mécanismes. Il faut les privilégier pour consolider la démocratie togolaise.

J'aime

Togo

L'opposition ne se rendra pas à la réunion consultative du gouvernement

En prélude au dialogue entre pouvoir et opposition au Togo, le gouvernement invite quelques partis politiques et… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.