21 Septembre 2017

Cameroun: Pensions des anciens militaires, victimes de guerre ... - La prise en charge va s'améliorer

Le SED Koumpa Issa a procédé lundi à Maroua au lancement de cette opération qui va s'étendre dans les dix régions.

Ils sont venus nombreux, les anciens militaires, militaires retraités, victimes de guerre et ayant-droits qui ont pris part à la cérémonie de lancement des opérations de mise à jour des pensions militaires. Un événement présidé, au nom du ministre délégué à la présidence chargé de la Défense par le secrétaire d'Etat à la Défense, chargé des Anciens combattants et Victimes de guerre, Koumpa Issa.

C'était le 18 septembre 2017 à la place d'armes du 4e secteur militaire de Maroua. Il était question pour le secrétaire d'Etat, d'installer la commission qui va permettre à ces personnes de débloquer leurs situations respectives, voire même, recueillir des suggestions allant dans le sens de l'amélioration de leurs conditions de vie. Cette commission est présidée par le lieutenant-colonel Afana qui, dans son exposé, a rappelé les divers avantages auxquels a droit toute personne ayant servi sous le drapeau, ou alors ses ayant-droits.

L'occasion a aussi été donnée de clarifier la notion d'ancien combattant. Et en réalité, il n'en existe pas un seul dans les registres disponibles dans l'Extrême-Nord. On y compte plutôt des anciens militaires, militaires retraités et victimes de guerre. Plus exactement, les statistiques disponibles au 18 septembre 2017 font état d'un total de 2 103 hommes et femmes, dont 764 anciens militaires et militaires retraités, 627 veuves et 712 orphelins répartis dans les six départements de la région.

Il s'agit, comme cela a été relevé, de personnes à la santé fragile. Koumpa Issa a décrié les tracas qu'ils doivent souvent endurer pour obtenir leur pension : « Ceux-ci sont souvent victimes d'humiliation, de tracasseries et d'escroqueries, et ceci à tous les niveaux de la procédure », s'est-il plaint.

Il a dès lors attiré l'attention de ces derniers sur le fait qu'ils ne doivent pas avoir recours aux intermédiaires pour la confection de leurs dossiers. C'est à ce travail de conscientisation que va s'atteler la commission mise sur pied.

Elle qui va étendre ses travaux dans les 10 régions, pour des concertations qui seront bouclées le 21 octobre prochain.

Cameroun

Le procès en appel d'Ahmed Abba se poursuit

La seconde audience du procès en appel de notre collègue Ahmed Abba s'ouvre ce jeudi 19 octobre à… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.