22 Septembre 2017

Congo-Kinshasa: Halte à la bipolarisation - Germain Kambinga au Centre pour s'interposer !

Tous les regards de la classe politique congolaise étaient tournés pendant deux jours vers le Centre catholique Nganda, dans la commune de Kintambo.

Du 19 au 20 septembre 2017, une dizaine des partis politiques et 52 associations de la Société civile, se réclamant du Centre, étaient réunies en conclave. Et, finalement, une nouvelle ligne politique à suivre sous la bannière de nouvelles forces du Centre est née. Une sorte de troisième voie pour casser, une fois pour toutes, la bipolarisation et juguler, de manière durable, les problèmes de débauchage, des idées séparatistes qui divisent le pays et ne favorisent pas la bonne lecture de la Constitution en RDC.

La plupart des difficultés que connaît le pays sont liées notamment, au fait que la classe politique du pays est caractérisée par le phénomène, longtemps décrié et, même, combattu, de "bipolarisation", du clivage à tendance radicalisée entre la majorité et l'Opposition. Et, très souvent, les deux protagonistes campent toujours sur leur position robotisée sur leurs intérêts spécifiques. Ils demeurent statiques au détriment de l'intérêt général.

La propension presque permanente à vouloir toujours voir noir même si c'est blanc, lorsqu'une idée provient de l'autre camp, constitue en un mot comme en mille, un frein à l'éclosion de la démocratie. Et, pourtant, l'orgueil politique n'aide pas la population qui a tend souffert de ces scories, à mieux vivre en RDC.

Pour le Porte-parole du Centre, Joseph Bangakya, le dynamisme politique exige la transcendance. Les deux grands courants politiques qui, jusqu'ici, ont régné, doivent, désormais, considérer le Centre comme une force à part entière dans le rouage politique du pays.

Etant donné que les mêmes questions qui bloquaient la jeune démocratie congolaise revenaient toujours, il a fallu du courage et, surtout, de la détermination, pour penser à l'idée d'une troisième voie, celle-là même qui ferait que l'on trouve, lors de la Table Ronde que le Centre propose pour régler l'imminente crise à l'horizon fin décembre 2017, un juste milieu, pour agir et faire avancer le pays vers des rails de l'embellie et la concorde nationales.

En principe, au regard du climat politique tumultueux dû principalement, au fait de la non- tenue des élections générales dans le délai constitutionnel, il a été observé un clivage bipolaire radicalisé des forces en présence, lequel met le pays tout entier dans une impasse sociopolitique et sécuritaire, plongeant, par ricochet, le peuple congolais dans une pauvreté et une misère indescriptible.

Voilà pourquoi, explique-t-il, face à cette crise multisectorielle, les forces politiques du Centre qui, mutualisant les stratégies et les actions propres à elles, en appellent aux uns et aux autres, à la l'apaisement des esprits, au non de l'intérêt supérieur de la nation. Les forces politiques du Centre, incarnant les aspirations, les attentes profondes et légitimes du peuple congolais, constituent une alternative crédible et une plateforme politique avec laquelle il faut, désormais, compter.

Le Centre recommande, par exemple, aux autorités et à la communauté internationale quelques préalables, à savoir : la décrispation politique globale par la mise en œuvre effective des mesures courageuses afférentes à la levée des sanctions prises à l'endroit de certaines autorités congolaises et l'amnistie politique globale en vue d'arriver à un compromis politique inclusif, représentatif, pour la gestion consensuelle du pays, au-delà de la date du 31 décembre 2017, insiste-t-il. D'où, toutes les institutions à mandat électif, soutient-il, dans ses principales résolutions, resteront en place jusqu'à la tenue des élections apaisées et à l'alternance démocratique.

Concrètement, les pommes de la fraternité et de la lutte restent ouvertes au Centre, pour toute association ou structure, sociale ou politique, qui veut adhérer à ses options, à sa façon de concevoir les faits et enjeux politiques de l'heure. Il suffit, donc, de frapper à la porte de Germain Kambinga, ou alors, d'entrer en contact avec les autres ténors, tels que Joseph Bangakya, Daniel Ngoy Mulunda, l'ex-Président de la CEI, ou Mme Micheline Bie, pour des formalités d'usage.

Congo-Kinshasa

Energies renouvelables - appel de l'IAER à la communauté internationale

À la veille du sommet de Paris sur le financement des politiques climatiques qui se tient le 12 décembre,… Plus »

Copyright © 2017 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.