22 Septembre 2017

Congo-Kinshasa: IFASIC - La paralysie désenclenchée!

La RD. Congo traverse, depuis un bon bout de temps, une passe très compliquée, même, difficile à gérer par ses dirigeants.

Le scénario est dominé notamment, par les différentes grèves multisectorielles qui rongent tous les secteurs phares du domaine public.

Parmi ceux-ci figurent donc, les institutions universitaires, marquées par la grève des professeurs, ainsi que du corps académique. Chose qui a entraîné une paralysie totale du système académique.

L'IFASIC a, depuis lundi 18 septembre, levé cette décision et redémarré la machine.

Les étudiants se sont fait peur

L'institut Facultaire des Sciences de l'Information et de la Communication -IFASIC-, par le biais de son syndicat des professeurs, en accord avec le Ministère de l'Enseignement supérieur et Universitaire, a décidé, après quelques semaines de discussions, de mettre fin à la grève qu'il avait, autrefois, enclenchée, pour plusieurs raisons. Notamment, celle du réajustement du salaire des professeurs, conformément au taux budgétaire convenu et convenable. Les examens de la session qui auraient dû se dérouler depuis la semaine du 11 septembre, ont finalement été reportés dans la semaine du 18 septembre 2017. Cette décision surgit à un moment crucial de l'année académique, puisqu'elle coïncide avec la période des examens de deuxième session. Les étudiants louent, en effet, les retombées de cette affaire gérée à l'amiable entre les professeurs et le Gouvernement. "Nous avons vraiment eu peur lorsque nous avons appris la nouvelle de la grève au sein de l'Institut. Heureusement qu'une solution a été rapidement trouvée. Tout est en notre faveur, et nous en sommes heureux", déclare, avec un air jovial, un étudiant en journalisme.

Est-ce la fin d'une série?

La synergie de grèves qui s'est répandue comme le tétanos dans la plaie, a frappé de plein fouet les fonctionnaires, médecins, magistrats, enseignants, et les professeurs. Sans citer les régies financières et les sapeurs-pompiers qui menacent d'emboîter le pas, eux aussi. Si pour les médecins et les enseignants, la situation semble être maîtrisée, les professeurs d'universités n'en disent pas autant. Ils ont pris la décision d'arrêter momentanément la poursuite des activités au sein des établissements jusqu'à ce que leur situation soit, du moins pour sa grande partie, régularisée.

Du coup, cela a provoqué un énorme trou béant sur le sentier du programme académique normal. L'Ifasic a peut-être fait preuve de respect des engagements envers ses étudiants, mais qu'en est-il des autres? Le problème est tout cru. La rentrée académique qui approche à pas de géant sera-t-elle effective? En tout cas, le Gouvernement a l'important devoir de palier ces difficultés, qui risquent d'avoir des mauvaises répercussions sur l'enseignement en RD. Congo et qui, logiquement, traumatisent plus d'un.

Actuellement, les examens de deuxième session organisée par l'Ifasic se déroulent parfaitement, à la grande satisfaction des étudiants. Mais, après la session, viendra la publication des résultats, ainsi que des différentes listes provisoires qui s'en suivront. Il y a la rentrée académique prochaine qu'il faudra compter avec. Tout ceci se passera toujours avec une hésitation aussi intense des professeurs, ou vont-ils trouver un véritable accord concluant et rassurant pour l'avenir de la jeunesse flamboyante?

Congo-Kinshasa

Une ONG dénonce les transferts financiers d'une banque vers le Hezbollah

Un groupe d'enquêteurs de l'ONG américaine Enough Project dit avoir découvert qu'une banque… Plus »

Copyright © 2017 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.