22 Septembre 2017

Afrique de l'Ouest: Cacao - La Côte d'Ivoire et le Ghana font appel à la BAD pour financer un projet de chocolateries

C'est le ministre ghanéen de l'Alimentation et de l'agriculture, Owusu Afriyie Akoto, qui l'a révélé hier, mercredi 20 septembre, au quotidien d'Etat Daily Graphic, s'adressant à la presse locale pour la première fois depuis son retour d'Abidjan, où il a assisté du 4 au 9 septembre au Forum sur la révolution verte en Afrique.

Le Ghana et la Côte d'Ivoire ont conjointement sollicité la Banque africaine de développement (BAD) pour le financement d'un projet de chocolateries locales.

Sous forme de prêt et à hauteur de 1,2 milliard de dollars, cet enveloppe devrait servir à la mise en place d'«entrepôts et d'installations de fabrication de chocolat», d'après la même source.

Un projet qui s'inscrit directement dans la logique du Forum dont l'édition 2017 était placée sous le thème de l'«Accélérer la marche de l'Afrique vers la prospérité : contribuer à la croissance d'économies inclusives et à la création d'emplois à travers l'agriculture».

Encourager la consommation de chocolat local

D'après Afriyie Akoto, l'appel des deux pays au financement de la BAD vise à garantir la réalisation de ce projet, chose que les deux Etats à eux seuls ne peuvent réussir aujourd'hui, vu l'impact lourdement négatif de la baisse des cours du cacao sur leurs budgets respectifs.

Selon le ministre, le Ghana et la Côte d'Ivoire perdent chacun près de 2 milliards de dollars par an en raison de la chute des cours du cacao. L'objectif est donc d'apporter une valeur ajoutée à la matière première et d'encourager la consommation de chocolat local, a-t-il souligné.

Pour pallier les dommages collatéraux de la chute des cours du cacao, le Ghana et la Côte d'Ivoire -représentant 60% de la production mondiale- approfondissent leur coopération dans le domaine depuis avril dernier.

Ils ont, dans ce sens, formé un comité technique conjoint dédié à la réflexion sur les meilleurs moyens d'optimiser leur stratégie afin de sauver le secteur face à la difficile conjoncture qui prévaut.

Chacun des deux pays se bat pour sortir la tête de l'eau. Le Ghana annonçait en juillet dernier un objectif de production de 1,5 million de tonnes par an d'ici quatre ans.

A cet effet, le Ghana Cocoa Board, l'autorité nationale de régulation du secteur, vient d'emprunter 1,3 million de dollars à un consortium de 25 banques pour financer la production de la saison 2017-2018.

De son côté, la Côte d'Ivoire annonçait début septembre une prévision de production record de 2 millions de tonnes au terme de la campagne en cours.

Mais parallèlement, le numéro 1 mondial en la matière lutte actuellement contre le swoollen shoot, un virus qui attaque la pousse du cacao et qui aurait déjà infecté 100 000 ha de café et cacao, selon le Conseil du café-cacao. Un plan de destruction et de restauration sur la période 2017-2022 va être déployé, mais la question reste un véritable défi pour la filière.

Il est indéniable qu'en tant que fournisseurs majoritaires de cacao au monde, le Ghana et la Côte d'Ivoire bénéficieraient énormément de la mise en place de chocolateries.

Si pour l'heure les détails liés au projet restent encore confidentiels, l'initiative serait certainement acclamée par les défenseurs d'une transformation locale des matières premières agricoles notamment, à commencer par le président de la BAD, Akinwumi Adesina, qui déclarait récemment : «Les économies les plus résilientes sont aussi celles qui valorisent sur place leurs produits bruts».

Ghana

Vadis Odjidja - Le Belgo-Ghanéen vers le Sporting Lisbonne

Excellent en début de saison, Vadis Odjidja n'est plus le même depuis son cambriolage. Plus »

Copyright © 2017 Ecofinance.sn. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.