22 Septembre 2017

Ile Maurice: Chagos - Le PM demande le soutien des États membres de l'ONU

document

«Le processus de décolonisation de l'île Maurice n'a toujours pas été complété.»

Pour ce faire, il faut que l'archipel des Chagos soit rendu à Maurice. Raison pour laquelle il demande le soutien des États membres de l'Organisation des Nations unies (ONU).

C'est ce qu'a déclaré le Premier ministre, Pravind Jugnauth, lors de son discours à la tribune de l'ONU, à New York tôt ce vendredi 22 septembre.

Le Premier ministre s'est néanmoins réjoui d'un soutien affiché à Maurice dans ce combat par différents pays en Afrique, en Europe, en Asie et en Amérique. En effet, le 22 juin, Maurice a remporté une première bataille avec le vote de la résolution sur les Chagos à l'Assemblée des Nations unies. Une résolution adoptée avec 94 voix en faveur de la résolution, 15 voix contre et 65 abstentions.

«Cela démontre l'importance que les États membres de l'ONU accordent à ce processus de décolonisation et qu'ils ne sont pas insensibles aux souffrances des Chagossiens qui ont dû quitter de force leur archipel. Vous avez d'ailleurs été nombreux à voter pour qu'ils puissent y retourner.»

Dans la foulée, le chef du gouvernement a réitéré le fait que Maurice n'a nullement l'intention de mettre fin à la présence militaire sur Diego Garcia. "Mauritius is willing to enter into a long-term renewable lease with the United States to allow these security arrangements to remain in place."

Par ailleurs, Pravind Jugnauth devait aussi parler du cas de Tromelin, «qui fait partie du territoire mauricien». Indiquant apprécier que les discussions avec la France, dont l'accord de 2010, ont connu une bonne progression.

Ile Maurice

Copyright © 2017 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.