22 Septembre 2017

Sénégal: Coupures d'électricité dans le pays - La perte de productivité des Pme est de 20% en 2011

Une étude d'impact des coupures d'électricité au Sénégal rendue publique, couvrant la période 2007-2011 montre un effet négatif sur la productivité des Petites et moyennes entreprises (Pme).

C'était hier jeudi 21 septembre, à Dakar lors d'un séminaire de restitution de résultats d'une étude sur le thème: «Le coût de productivité des coupures d'électricité pour les petites et moyennes entreprises au Sénégal», sur impulsion du Centre de recherches économiques appliquées (Crea) de la Faculté des sciences économiques et de gestion (Faseg).

«Avec près de 20% de perte nette de productivité, 2011 se situe comme l'année où les Pme ont connu le plus de pertes», a indiqué Lassana Cissokho, économiste, enseignant-chercheur à la Faculté des sciences économiques et de gestion, auteur de l'étude.

C'était hier, jeudi 21 septembre, lors d'un séminaire de dissémination de résultats de recherche sur les coûts de productivité des coupures d'électricité pour les petites et moyennes entreprises du Sénégal. Les éléments de base ayant montré des effets négatifs sur la productivité des coupures d'électricité portent sur la durée, la fréquence et la sévérité.

Ce résultat corrobore ainsi le fait que «57,6% des Pme aient identifié l'électricité comme une préoccupation majeure. Sous ce rapport, 41% des Pme ont indiqué que la production s'arrêtait pendant les périodes de coupure d'électricité, et 96%, également ont répondu qu'elles payent les salaires des travailleurs en période de coupures d'électricité. Ce qui, sans doute, pourrait constituer une source majeure d'inefficience, car plus de production aurait pu être atteinte pour le même coût».

Selon l'étude, «les Pme ont déclaré perdre en moyenne environ 4,8% de leurs ventes totales en 2013 en raison de coupures d'électricité, les manufactures atteignant jusqu'à 6% de perte», révèle l'enquête. A cela, s'ajoute de nombreux autres inconvénients qui sont sources d'incertitudes dans les activités entreprises.

Conséquences : d'une part «47,4% des Pme ont connu des retards de livraison auprès de leurs fournisseurs; et d'autre part, 56% des Pme ont signalé des retards de livraison à leurs clients», montre l'étude. L'incertitude créée par ces problèmes pourrait avoir des ramifications directement liées à la dynamique des entreprises en termes de plus d'investissement en capital et/ou d'embauche de plus de travailleurs.

Ainsi donc, 43,1% et 55,2% des Pme déclarent que leurs décisions d'embauche et d'investissement, respectivement, sont affectées par des coupures d'électricité. S'agissant des entreprises manufacturières et de construction, l'étude montre qu'elles sont les plus touchées. En termes d'impact 68,7% et 63,3%, respectivement déclarant que leurs décisions d'investissement sont affectées par des coupures d'électricité.

De façon générale cependant, les entreprises moyennes sont les plus grands perdants avec 12,3% de la perte de productivité en moyenne. Ces chiffres ne sont triviaux par aucune norme. Par ailleurs, les pertes auraient pu être pires si certaines entreprises n'utilisaient pas d'autres sources d'alimentation en cas de coupures d'électricité. En outre, des facteurs tels que l'acquisition de groupes électrogène, et l'accès des entreprises aux prêts et aux lignes de crédit jouent également un rôle important dans la productivité des Pme.

Implications de politiques économiques

Toutefois, l'étude suggère l'amélioration de la qualité du service d'électricité et l'amélioration de l'accès des entreprises aux financements, lignes de crédits et prêts.

Pour la première mesure, une offre d'électricité plus fiable aiderait à éviter les pertes de productivité qui découlent des coupures d'électricité, rendant l'électricité moins coûteuse pour les Pme, en dehors des coûts monétaires relativement élevés qu'elle engendre.

Et pour le second, les résultats montrent, cependant, que l'accès aux financements favorise la productivité. Les banques très frileuses pour l'octroi de crédits aux Pme doivent obtenir une assurance de la part des pouvoirs publics, traduit par des mesures d'accompagnements.

Sénégal

Mécontents de la hausse du prix de la farine, les boulangers annoncent 48 heures sans pain

Si rien n'est fait d'ici là, les boulangers envisagent de ne pas fabriquer de pain les 1er et 2 novembre… Plus »

Copyright © 2017 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.