22 Septembre 2017

Sénégal: Participation du privé national aux marchés publics - Le gap reste toujours à combler

La 17e édition des assises économiques du mouvement des entreprises du Sénégal (MDES) s'est tenue hier, jeudi 21 septembre à Dakar. A cette occasion, le président du Meds Magnick Diop parlant de la participation du privé national aux marchés publics a fait remarquer que le gap reste toujours à combler.

«Certes, l'Etat du Sénégal a fait beaucoup d'efforts dans le sens d'une meilleure participation de nos acteurs locaux aux différents marchés publics, mais le gap reste toujours à combler, compte tenu des énormes opportunités offertes actuellement par notre économie au privé sénégalais».

C'est le constat fait par Mbagnick Diop, président du mouvement des entreprises du Sénégal (Meds). Il s'exprimait hier, jeudi 21 septembre, lors de la cérémonie d'ouverture de la 17e session des assises économiques du Meds portant sur le thème : «Les infrastructures sont-elles un levier de développement pour le Sénégal ?»

« Tous les grands ouvrages sont réalisés par les grandes multinationales. Pratiquement, sur les appels d'offre, les entreprises nationales sont exclues parce qu'il y a des critères qu'elles ne peuvent pas remplir. Le secteur privé serait ravi d'être la tête de pont pour tous ces grands investissements qui sont faits dans le secteur de l'infrastructure qui est un secteur névralgique pour le développement d'un pays», plaide-t-il.

Selon Magnik Diop, le secteur privé national local a les moyens pour pouvoir compétir avec les grandes multinationales, mais il faudrait que la compétition soit ouverte et qu'il ait des mesures d'incitation pour le privé local. « C'est à l'Etat de nous faciliter à l'accession de ses grands marchés pour favoriser le développement du privé local et surtout le développement du pays», indique-t-il.

Par ailleurs, il souligne que le secteur privé national, même s'il est naturellement preneur d'une stratégie de l'Etat d'accélérer le processus de développement économique du pays, s'interroge encore sur la répartition des effets de richesse de la croissance économique au sein du privé national, c'est-à-dire entre les acteurs privés locaux et les acteurs privés étrangers. «En effet, force est de constater la grande faiblesse des revenus au niveau du secteur privé local, ce qui met nos entrepreneurs locaux en déphasage avec leurs homologues de l'extérieur», poursuit-il.

Le président du Meds a saisi cette occasion pour annoncer la publication officielle pour le 5 octobre 2017 du livre blanc du mouvement des entreprises du Sénégal, intitulé «Pour une nouvelle trajectoire du secteur privé national», dans lequel les entrepreneurs tentent de rapprocher la stratégie du secteur privé sénégalais au programme économique et social du gouvernement.

Sénégal

Khalifa Sall convoqué pour la levée de son immunité parlementaire

Le député-maire de Dakar, en prison depuis mars dernier, soupçonné de détournements… Plus »

Copyright © 2017 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.