22 Septembre 2017

Ile Maurice: WhatsApp «manipulés» et guerre des médias

Devoir à chaque fois répondre aux confrères qui, devant le retournement de veste de Rahim, manipulent des faits en nous accusant, nous, de les manipuler, est un exercice éreintant. Il ne cesse de nous écarter de l'essentiel, c'est-à-dire les faits du scandale Yerrigadoo.

Mais quand cette machinerie est en marche, nos lecteurs nous demandent, avec raison, des explications. C'est uniquement pour eux que nous répondons. Mais jusqu'à quand se battra-t-on contre un confrère alors qu'il ne faut pas se tromper d'adversaires ? Jusqu'à quand va durer cette vilaine guerre qui, à notre grand regret, et nous concédons l'écœurement des lecteurs des deux groupes, a partiellement réussi à reléguer le scandale Yerrigadoo en un scandale des médias ? Que chacun assume ses responsabilités. Comme la responsabilité de l'allégation de manipulation du message WhatsApp. En bullet point, voici les faits :

L'express a publié ce matin une partie du message en une de son journal avec la légende «Husein Abdool Rahim affirmait le 14 septembre avoir reçu des propositions d'argent de Radio Plus».

En page 5 du journal, nous publions un plus large extrait des messages, légendé : «Le 14 septembre, Husein Abdool Rahim a affirmé que les journalistes de RadioPlus ont essayé de le payer.»

Rahim réagit à 7 h 30 sur RadioPlus : «Bann WhatsApp là fos. Totalement faux ! Totalement fabriqué.» Cette bande son disparaît totalement de l'antenne quand RadioPlus se rend compte qu'il est vrai et qu'il n'est pas fabriqué ! Ni dans le journal de 8 heures. Ni dans le journal de midi, ni aucune part ailleurs.

A 15 h20, l'express publie encore un plus grand extrait de ce WhatsApp

A 16 h 30, comme il l'avait fait la veille (NdlR, en faisant semblant de découvrir que les journalistes de l'express ont établi une chronologie qui allait se transformer en premier jet de l'affidavit de Husein), Nawaz Noorbux fait semblant d'être offusqué de découvrir l'intégralité du message WhatsApp. Les qualificatifs pour nous accuser de tous les maux pleuvent et son argument c'est celui-ci : «Bann-là c'est le Bookmaker, pas RadioPlus.»

Nous reconnaissons que cette interprétation est possible, si on tire un peu par les cheveux et en fermant les yeux sur le fait que le mot «RadioPlus» apparaît bien sur le chat où il est question d'argent quand Yasin Denmamode lui demande «Kisanla ??» juste après que Rahim ait dit «Bnla p rod paye moi». D'accord ! Tirons par les cheveux. Fermons les yeux ! Faisons semblant que le mot RadioPlus n'apparaît pas sur le chat ! C'est un «lizaz kado» comme le dit le kreol.

Où est-ce que cela nous mène tout cela ? Bien quelque part ! Et si ce message ne faisait que révéler une chose que tous les internautes ont déduite dès que Rahim a retourné sa veste : ce retournement de veste a-t-il été acheté ?

RadioPlus va-t-elle poser ces deux questions à Husein Abdool Rahim :

Ce tonton bookmaker en Angleterre vous a-t-il proposé de l'argent pour que vous retourniez votre veste ?

D'où sort ce message que vous avez initialement nié sur RadioPlus à 7 h 30 mais qui s'est finalement avéré, ce qui nous a poussés à jouer sur l'interprétation à 16 h 30 ?

Sur ce, laissez-nous enquêter en paix sur ce bookmaker en Angleterre qui, du propre aveu de Husein, aurait tenté de le payer !

Ile Maurice

Absence de Consulat - Les tribulations de la communauté mauricienne en Italie

Les Mauriciens vivant en Italie se sentent délaissés par leur patrie. C'est ce qu'a déclaré… Plus »

Copyright © 2017 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.