23 Septembre 2017

Congo-Kinshasa: La MONUSCO appuie les efforts de prévention de l'exploitation et des abus sexuels par l'Armée Sud-Africaine avant le déploiement des contingents en RDC

communiqué de presse

Les responsables du bureau en charge de la Conduite et Discipline de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en République Démocratique du Congo (MONUSCO) ont formé 820 casques bleus Sud-africain sur la prévention de l'exploitation et des abus sexuels avant leur déploiement à la Mission de Maintien de la Paix en juin.

Organisé suite à la demande du pays contributeur de troupes à la base de mobilisation des Forces de la Défense Sud-Africaine (SADF) à Bloemfontein le 8 et le 9 mai, la séance de deux jours animée par un responsable de l'Equipe Conduite et Discipline de la MONUSCO en visite a pour but de faire en sorte que les troupes qui rejoignent la mission comprennent et adhère à la politique rigoureuse de 'tolérance zéro' initiée par les Nations Unies face à l'exploitation et aux abus sexuels.

"Selon les pratiques standards, nous formons des casques bleus lorsqu'ils arrivent dans la Mission et nous vérifions si leurs pays leur avaient fait un briefing sur la question pendant leur formation de routine sur le pré-déploiement," a expliqué le responsable de la conduite et discipline Andrew Awuah. "Cependant, il sied de souligner que la République Sud-Africaine avait sollicité notre assistance pour assurer cette formation spécifique sur place en vue de leur permettre d'aborder le défi majeur que pose le problème d'exploitation et des abus sexuels au travail dur réalisé par leurs troupes au sein de la MONUSCO", a-t-il ajouté à son retour de l'Afrique du Sud.

Tous les officiers à déployer, quel que soit leur rang, ont pris part à cette formation y compris les hauts gradés à qui on a rappelé leur rôle essentiel dans le maintien de la discipline parmi les éléments des troupes sous leur commandement. On leur a aussi fait un briefing sur comment minimiser les risques et adopter des mesures de commandement et de contrôle les plus sévères dans les camps de leur base afin d'assurer la surveillance des mouvements et activités des officiers de differents rangs.

"Nous sommes ici parce que nous devons, tous ensembles, inverser la rhétorique suite à l'éventuel implication des membres du contingent militaire Sud-Africaine dans l'exploitation et les abus sexuels au sein de la MONUSCO", a dit le Commandant de Bataillon, le Lieutenant-Colonel Tigele, dans son adresse aux troupes. Les casques bleus qui seront bientôt déployés ont reçu un briefing sur l'incident de l'exploitation et des abus sexuels parmi le contingent au cours des cinq dernières années, qui a "jeté du discrédit sur le travail dur fait par les hommes en uniforme et a terni l'image et la crédibilité du pays en RDC et ailleurs", a souligné Andrew Awuah.

Les troupes ont aussi reçu un briefing sur les mesures préventives au sein de la MONUSCO dont l'instauration du régime de couvre-feu, des zones hors-limites et la politique de non-fraternisation. Les conséquences de l'exploitation et des abus sexuels pour les victimes, les auteurs et les Nations Unies ont été soulignées et on leurs obligations leur ont été rappelées, à savoir signaler tout incident d'exploitation et d'abus sexuels à la Mission et à la chaine de commandement pour que des mesures soient prises.

Actuellement, plus de 850 casques bleus sud-africains servent sous les drapeaux des Nations Unies en République Démocratique du Congo.

Congo-Kinshasa

La RDC est le pays d'Afrique qui compte le plus de déplacés internes

Selon un rapport publié la semaine dernière par l'Observatoire des situations de déplacement… Plus »

Copyright © 2017 United Nations Stabilization Mission in the DR Congo. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.