24 Septembre 2017

Afrique de l'Ouest: G5 - Une conférence des donateurs le 30 septembre prochain à Berlin pour décrocher 423 millions d'euros

Le raout de Bamako du 2 juillet 2017 qui a lancé la force conjointe du G5 Sahel (Mali, Burkina Faso, Mauritanie, Niger, Tchad) fut un tournant historique dans le plan de mobilisation des ressources financières nécessaires pour le déploiement de cette force mixte internationale.

Le président français, Emmanuel Macron, qui participait au lancement de cette force conjointe aux côtés de ses homologues Ibrahim Boubacar Keïta du Mali, Idriss Déby Itno du Tchad, Mohamed Ould Abdelaziz de Mauritanie, Rock Marc Christian Kaboré du Burkina Faso et Mahamadou Issoufou du Niger, a interpellé ses pairs de redoubler d'efforts et de démontrer l'importance et l'opportunité de cette force conjointe afin de convaincre les donateurs. Justement, c'est tout le sens et l'enjeu de la conférence internationale des donateurs prévue le 30 Septembre à Berlin ( Allemagne).

« Ce sera à vous et à vos armées de convaincre que le G5 peut être efficace, dans le respect des conventions humanitaires, pour convaincre nos partenaires », a précisé le Chef de l'état français.

Les chefs d'Etat du G5 Sahel ont promis d'apporter chacun 10 millions d'euros à cette force. Cette cagnotte sera renforcée par l'engagement du versement de l'Union européenne d'un montant de 50 millions d'euros qui se fait désirer toujours.

Le président Emmanuel Macron a annoncé une aide de logistique équivalent de 8 millions d'euros d'ici à la fin de l'année, avec 70 véhicules tactiques ainsi que du matériel de transmission et de protection.

423 millions d'euros devront être levés

Sans attendre, les financements des états du G5 d'un montant de 50 millions d'euros et ceux de l'UE estimés à 50 millions d'euros, une fois collectés avec l'appui du gouvernement français en termes de logistique -devront permettre d'amorcer le début d'operationalité de la force conjointe. Son déploiement est prévu pour fin octobre 2017.

Face à la rapidité de la puissance de feu des groupes armés djihadistes au Mali, au Burkina et au Cameroun, le Président Ibrahim Boubacar KEITA a alerté :

« Il y a urgence, parce que ceux qui sont en face n'attendent pas. >>

Cette force conjointe mixte a déjà reçu le soutien de l'Union africaine (UA), de l'Union européenne et celui du Conseil de sécurité de l'ONU, qui soutient la création de cette force G5.

Paris dans cette croisade contre le terrorisme, compte aussi sur les soutiens indéfectibles de l'Allemagne, des Pays-Bas, de la Belgique et des États-Unis. Ce dernier est présent militairement avec des drones basés au Niger. Berlin pousse des pions pour asseoir une base militaire de renseignement en appoint.

Afrique de l'Ouest

Mécontents de la hausse du prix de la farine, les boulangers annoncent 48 heures sans pain

Si rien n'est fait d'ici là, les boulangers envisagent de ne pas fabriquer de pain les 1er et 2 novembre… Plus »

Copyright © 2017 Confidentiel Afrique. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.