25 Septembre 2017

Rwanda: L'étau se resserre autour de l'opposante Diane Rwigara

Photo: Cyril Ndegeya//The East African
Diane Rwigara

Après un mois ponctué de coups de théâtres, d'annonces surprenantes et de disparitions mystérieuses sur fond de convocations quasi-quotidiennes de la police, Diane Rwigara, sa soeur et leur mère, sont placées en détention préventive depuis samedi 23 septembre.

L'opposante et ancienne candidate à la présidentielle est sous le coup d'une enquête pour faux et usage de faux, tandis que sa soeur et sa mère font officiellement l'objet d'une enquête pour fraude fiscale.

Cette fois c'est officiel, Diane Rwigara, sa soeur et leur mère sont en garde à vue dans les locaux de la police depuis deux jours. Elles sont accusés d'« atteintes à la sécurité de l'Etat » selon un communiqué du porte-parole de la police rwandaise, Theos Badege.

Aucune information sur la nature des « infractions » que la police reproche à l'opposante et aux membres de sa famille.

Mais Theos Badege explique que cette mise en détention préventive est due également à leur « refus constant de coopérer » avec les forces de l'ordre. On leur reproche aussi d'avoir « révélé publiquement des informations qui sont censées être confidentielles », selon la loi.

Elles paient en quelque sorte les différentes sorties médiatiques de l'opposante qui a dénoncé depuis le début de leur saga judiciaire « une persécution » de la part du pouvoir rwandais pour la punir d'avoir tenté de se présenter contre le président Paul Kagame.

Diane Rwigara, sa soeur et leur mère sont dans le collimateur de la justice rwandaise depuis un mois.

Accusée de fraude fiscale dans un premier temps, l'opposante a ensuite appris qu'elle était poursuivie à titre personnel, pour faux et usage de faux pour des signatures présentées lors de la présidentielle au Rwanda.

La nouvelle charge qui pèse sur les trois est autrement plus grave. Le porte-parole de la police rwandaise a d'ores et déjà annoncé que la loi leur permet de les garder en détention pendant cinq jours, avant de décider s'il y a lieu, oui ou non, de demander des poursuites judiciaires.

Rwanda

Torture d'anciens rebelles FDLR - La MONUSCO répond à Human Rights Watch

La Mission de l'ONU en République démocratique du Congo, la Monusco, réagit au dernier rapport de… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.