24 Septembre 2017

Congo-Kinshasa: Fin du phénomène Kamuina Nsapu - Mission accomplie pour Ramazani Shadary

Le Kasaï, Kasaï Central, Kasaï Oriental, Lomami et Sankuru n'auront plus à souffrir des affres des miliciens opérant sous le label Kamuina Nsapu. La tâche aura été difficile, mais elle est bien faite.

Le Vice-premier Ministre, Ministre en charge de l'Intérieur et Sécurité, Emmanuel Ramazani Shadary, sous les ordres du Président Kabila, a mené à son terme le processus de pacification enclenché dans cette partie du pays. C'est le forum sur la paix, la réconciliation et le développement du Grand Kasaï qui constitue, à tout dire, la dernière phase de ce marathon de paix. Du 19 au 21 septembre, à Kananga, chef-lieu de la province du Kasaï Central, officiels, notables, chefs coutumiers et autres personnalités ont réfléchi sur l'après phénomène Kamuina Nsapu.

Jacques Kabeya Ntumba, le nouveau chef coutumier des Bajila Kasanga qui a demandé pardon au nom de toute la famille régnante, a conduit une cérémonie de réconciliation à laquelle tous les chefs de l'espace Kasaïen ont pris l'engagement de ne plus permettre que des crimes odieux soient de nouveau commis. Les participants au forum, par ailleurs, après les travaux dans cinq commissions, ont produit des recommandations allant dans le sens de consolider la paix, cimenter la réconciliation mais, surtout, conduire le Grand Kasaï à un développement durable.

Focus

Destinée à trouver des solutions en vue de restaurer l'autorité de Etat et l'arrêt de toute forme de barbarie, retisser le tissu humain de convivialité et de dégager les schémas de relance économique pour le développement social et humain durable de l'espace Kasaïen, la conférence de Kananga a connu la participation des forces vives évaluées à 801 personnes provenant de cinq provinces de l'espace Kasaïen. A savoir, le Kasaï, Kasaï central, Kasaï Oriental, Lomami et Sankuru, auxquelles s'est jointe une forte délégation en provenance de Kinshasa, composée des animateurs des institutions nationales, parmi lesquelles le Président de l'Assemblée Nationale, le Président du Sénat, le Président de la Cour constitutionnelle, le Premier Ministre, des Députés et Sénateurs ainsi que des membre du Gouvernement, des ambassadeurs puis, enfin, des représentants des organismes internationaux dont la MONUSCO.

Plongeons

Ayant à cœur de mettre un terme aux conflits clairement visibles dans l'espace Kasaïen, les chefs coutumiers de cinq provinces de cet espace se sont levés pour traiter désormais ensemble toutes les questions susceptibles de les mettre en conflit. Toutes ces nouvelles orientations ont été prises lors de la clôture du Forum sur la paix, la réconciliation et le développement dans cet espace, le jeudi 21 septembre à Kananga.

En prenant cet engagement solennel devant tout le monde, les chefs coutumiers de l'espace Grand Kasaï ont proclamé la réhabilitation du «Tshiota» dans son statut traditionnel de culture de la paix et de conviviabilité dans la famille, dans le clan et dans la communauté. Cet acte de non agression des autorités traditionnelles met un terme à la hache de guerre dans cette partie du territoire national de la RDC.

Ils jurent jusqu'à la dernière énergie que toute personne animée d'une très mauvaise foi, qui aura le luxe de se détourner de ce pacte signé, subira le sort réservé aux traitres. Ouvert par le Président de la République, le Forum sur la paix a été clôturé par le Premier ministre Bruno Tshibala Nzenzhe qui a reçu des rameaux remis en signe de paix par le successeur de Prince Mpandi, l'ancien Kamuina Nsapu.

Congo-Kinshasa

La MONUSCO demande la libération immédiate de militants de l'opposition arrêtés dimanche

La Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo… Plus »

Copyright © 2017 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.