24 Septembre 2017

Congo-Kinshasa: Odette Babandoa - La paix est-elle l'absence de guerre ?

guest column

Franche et incisive. Elle se prend tellement au sérieux qu'il y met de l'amour de la patrie, pour l'avancée de la société. Odette Babandoa Etoa, paraphrasant Mme BECHON qui disait que « les conflits seraient évités et la paix sauvegardée si le bien-être des populations et l'amélioration des conditions de vie de celles-ci étaient le principal objectif des gouvernements, s'interroge si la paix est-elle l'absence de guerre ? Réflexion.

Au terme d'une sortie réalisée, le 21 septembre dernier, lors de la célébration de la journée internationale de la paix, dans les installations de la Monusco situées au Camp Utex, juste à côté de l'Ambassade de France, à la Gombe, Odette Babandoa, agissant, à la fois, comme intellectuelle et citoyenne, interpelle la classe politique. Pour elle, en effet, "l'éradication de l'impunité, le partage équitable des richesses nationales, l'amélioration de l'accès à la justice, la protection des personnes vulnérables, la liberté d'expression et de manifestation et surtout, l'alternance politique par un système démocratique fiable seraient donc, des éléments essentiels de maintien de la paix et de la stabilité".

Car, à son avis, "quel que soit le problème qui divise et trouble ainsi la paix, le dialogue, en ce qui me concerne, restera toujours une voie par excellence pour garantir la paix, en aplanissant les divergences. Certains pourraient craindre aujourd'hui ce mot dialogue, car il a beaucoup trahi et déchanté au Congo, mais le problème est plutôt dans le comment.

Comment dialoguer aujourd'hui pour la question de la paix du Congo ?

"En cherchant à réparer, dans la Constitution même, la brèche qui a libéré tous les démons de la guerre, de la contestation, de la division, etc. C'est un dialogue qui se fera directement avec le peuple, souverain primaire, le seul qui a le dernier mot à dire, au-dessus de qui il n'y a que Dieu. Même par un référendum de Oui ou Non à un Troisième mandat, je crois que le peuple est suffisamment mature pour répondre à cette question qui, du reste, aura le mérite d'unir enfin, les forces vives acquises au changement. Et, au moins, on ne contournera plus la vraie question, pour finir, encore et encore, toujours à la case départ. La paix est donc, un engagement de tous !", soutient-elle, mordicus.

Pour l'essentiel, cette dame de fer qui, autrefois, fut Ministre des Transports, du temps mémorable de Mzee Kabila, est doublée d'une touche de juriste et de politique. Tout dernièrement, dans une autre tribune libre confiée à La Prospérité, elle s'exprimait, sans ambages, sur la nécessité, pour l'ensemble de la classe politique, de subir une cure de jouvence qui permettrait, à coup sûr, de l'exorciser de tous les avatars à l'origine de tous les freins auxquels le pays a été confronté, jusqu'ici.

Congo-Kinshasa

Adoptée par l'Assemblée nationale, la loi électorale divise

En RDC, la loi électorale a été adoptée, malgré la polémique et les nombreuses… Plus »

Copyright © 2017 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.