25 Septembre 2017

Congo-Kinshasa: Forum sur la paix dans le Grand Kasaï - Des questions sans réponses

Photo: MONUSCO/Anne Herrmann
A Kananga, on s’engage pour la Paix.

Pendant quatre jours, s'est tenu à Kananga, chef-lieu du Kasaï Central, le forum sur la paix dans le Grand Kasaï. Il a été clôturé par une cérémonie de réconciliation, suivie de réjouissances. Malgré cela, force est d'admettre que des questions demeurent sans réponses.

Les chefs traditionnels, ou autorités coutumières, se sont lavé les mains dans une même marmite. Signe de réconciliation, selon les organisateurs du forum. La cérémonie s'est déroulée en présence du Premier ministre, fils du terroir, et des membres de l'Exécutif national et des gouvernements provinciaux. Les représentants de cinq provinces issues du Grand Kasaï ont dit accepter le pardon sollicité par la famille du grand chef coutumier Kamuina Nsapu.

Toutes les recommandations issues de ces assises convergent vers la paix et le développement. Certes, l'accent a été mis sur la justice, une justice dite réparatrice. Mais, tout au long de ce forum, on n'a entendu aucune confession d'un quelconque acteur direct ou indirect de la tragédie qu'a vécue l'espace Kasaï pendant environ une année.

Et le Forum sur la réconciliation, la paix et le développement dans le Grand Kasaï a pris fin sur une note voulue joyeuse à travers la musique traditionnelle de Tshala Muana et de Lelimba. Reste cependant à craindre que ce pardon et cette réconciliation demeurent sans lendemain, a déclaré l'opposant Christophe Lutundula.

Le bâton et la carotte

Concernant les exigences de la réparation, il sied d'évoquer le cas de ceux qui sont toujours dans l'anxiété d'être inquiétés avec cette politique du bâton et de la carotte voulue par ceux qui se sont réunis à Kananga.

En effet, il semble que ce forum n'a pas tout envisagé. Il y a donc une appréhension certaine de la part de ceux qui ont fui des poursuites judiciaires, du fait de leurs liens de parenté avec tous ceux qui sont déjà arrêtés. Ces derniers risquent d'être impliqués à tort ou à raison.

Dans ce lot, on peut évoquer le cas des déplacés internes, des réfugiés qui sont en Angola, sans oublier ceux qui ont fui en Afrique du Sud pour échapper à d'éventuelles représailles.

En savoir plus

MONUSCO et Jeunesse de Tanganyika, même combat pour la cohabitation pacifique

Le Conseil de la jeunesse de Tanganyika a mené le vendredi, 23 septembre 2017, une campagne de sensibilisation… Plus »

Copyright © 2017 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.