25 Septembre 2017

Afrique de l'Ouest: Où est la solidarité des peuples de la CEDEAO au Togo ?

 Il est temps que les peuples de la CEDEAO se mobilisent pour soutenir leurs voisins Togolais dans leur combat pour la liberté et l'Etat de droit.

Cela fait déjà plusieurs jours que les Togolais manifestent contre la dictature de la la famille Gnassingbé, qui contrôle le pays depuis 50 ans. Ils réclament le retour à la Constitution de 1992, qui permet l'alternance et l'espoir de voir émerger un Togo libre et démocratique.

Et comme tout régime autoritaire qui se respecte, chaque fois que l'opposition annonce une manifestation, le gouvernement coupe la connexion internet, pour que la répression se fasse à l'abri des regards du monde entier. Malheureusement les pays voisins membres de la CEDEAO semblent indiffèrent de la souffrance des Togolais.

Inquiétant silence du #Bénin &du #Ghana,pourtant modèles démocratiques,devant la lutte du peuple du #Togo.Africains,luttons ensemble.#Change

- Patrick MBOYO (@PatrickMboyo) September 23, 2017

La diaspora togolaise manifeste aussi presque tous les jours dans leurs pays d'accueil, en dehors du Burkina où ils ont essuyé un refus du maire de Ouagadougou.

C'est quand même bizarre que ce soient les dirigeants du pays des hommes intègres, qui s'est débarrassé du dictateur Blaise Compaoré récemment, qui soient les moins solidaires envers les aspirations du peuple togolais à la liberté et à l'Etat de droit.

The mayor of #Ougadougou in #Burkina Faso has banned the protest of the Togolese diaspora in solidarity with #Togo #Lwili #TogoDebout pic.twitter.com/fRGFv8Oe2A

- Farida Nabourema (@Farida_N) September 22, 2017

It's shame that leaders of our neighbours are helping silence us in #Togo. After #Ghana now #Burkina officials are on our tail. #TogoDebout

- Farida Nabourema (@Farida_N) September 22, 2017

Malgré ces protestations tous azimuts, le pouvoir de Faure Gnassingbé ne semble pas vouloir céder aux reformes que réclame le peuple togolais. Il est temps alors que toutes les forces démocratiques d'Afrique de l'Ouest se mobilisent pour témoigner leur solidarité aux Togolais.

Que ce soit les hommes politiques et surtout de la société civile, ils doivent organiser des manifestations dans leurs pays respectifs, pour demander que leurs dirigeants et l'ensemble de la CEDEAO fassent pression sur Faure Gnassingbé.

Ils doivent le faire avec la même ferveur que celle qu'ils ont déployé en chassant Abdoulaye Wade au Sénégal et Blaise Compaoré au Burkina Faso.

S'il y a des manifestations simultanées dans toutes les capitales d'Afrique de l'Ouest, de Dakar à Accra en passant par le Ouagadougou et Porto-Novo, les Togolais sauront qu'ils ont du soutien, et les dirigeants de ces pays devront faire comprendre à Faure Gnassingbe qu'il est temps qu'il parte. C'est le moment de faire de la CEDEAO un espace de solidarité démocratique, où les dictateurs n'ont plus de place.

Faure Gnassingbé, une épine dans le pieds de la CEDEAO

Pour que les peuples d'Afrique de l'Ouest aient le courage de se mobiliser, ils doivent d'abord comprendre que le régime de Faure Gnassingbé est une épine dans le pieds de la CEDEAO. La majorité des pays d'Afrique de l'Ouest ont déjà une culture démocratique bien établie.

A ce titre, la CEDEAO est promise à un bel avenir. Le prochain stade est de faire de la CEDEAO un espace de prospérité économique pour tous leurs citoyens.

Mais cela ne sera pas possible s'il y a toujours des dictateurs qui font tout pour monopoliser le pouvoir politique et économique par la force au lieu de promouvoir des institutions qui protègent tous les citoyens. Le pouvoir de Faure Gnassingbé est donc un anachronisme dans une CEDEAO qui a fait autant de progrès démocratique.

Si les pays voisins continuent à tolérer tel régime au Togo, c'est dans leurs propres pays que les dictatures reprendront la main demain, puisqu'ils sauront que l'immobilisme des pays voisins peut les laisser opprimer leur peuple. Il ne faut pas que cela se produise.

C'est donc l'occasion aujourd'hui pour les peuples d'Afrique de l'Ouest de montrer qu'ils ne peuvent plus tolérer un pouvoir dictatorial dans la région.

La CEDEAO a montré qu'elle est capable de promouvoir la démocratie en aidant les Gambiens à se débarrasser du dictateur Yahya Jammeh.

Elle l'a fait parce ses leaders et ses peuples croient que les Gambiens méritent de vivre en liberté. Il est temps qu'elle finisse ce qu'elle a commencé, et qu'elle vienne au secours du peuple togolais.

Togo

Crise au pays - L'opposition campe sur ses positions concernant le dialogue

L'opposition togolaise est de nouveau descendue dans les rues de Lomé, mercredi 13 décembre. Alors qu'elle… Plus »

Copyright © 2017 This is Africa. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.