25 Septembre 2017

Burkina Faso: Autonomisation économique des jeunes et femmes

Le Premier ministre Paul Kaba Thiéba a procédé, le samedi 23 septembre 2017 à Bobo-Dioulasso, à la remise des premiers chèques aux bénéficiaires de la région des Hauts-Bassins du Programme d'autonomisation économique des jeunes et des femmes (PAE/JF).

Après la région du Centre le 19 septembre dernier, c'est au tour des bénéficiaires des Hauts-Bassins du Programme d'autonomisation économique des jeunes et des femmes (PAE/JF) de recevoir leurs chèques.

La cérémonie de remise des premiers chèques aux bénéficiaires des Hauts-Bassins a eu lieu, le samedi 23 septembre 2017 à Bobo-Dioulasso, sous la présidence du Premier ministre, Paul Kaba Thiéba.

A travers le PAE/JF, le gouvernement met à la disposition des jeunes et des femmes, des crédits souples à des taux d'intérêts raisonnables, a indiqué Paul Kaba Thiéba. Cela, en vue d'impulser une nouvelle dynamique de développement, centrée sur l'auto-emploi, foi du Premier ministre. «

Les taux d'intérêts applicables sont très concessionnels : 0% pour les personnes vivant avec un handicap, 1% pour les femmes et les jeunes et 2% pour les titulaires d'un diplôme post BAC », a-t-il fait savoir. Pour la première année de la mise en œuvre du Programme, 13 471 microprojets ont été présélectionnés sur toute l'étendue du territoire national dont 1 926 dans les Hauts-Bassins.

Ce qui permettra, selon Paul Kaba Thiéba, de générer 5 778 emplois directs et plus de 6 000 emplois indirects. Le chef du gouvernement s'est réjoui tout particulièrement du fait que dans la région, 57,2% des microprojets présélectionnés, soient portés par des jeunes filles et des femmes, soit 1 103 projets.

Chaque année, à l'en croire, une cohorte d'environ 160 000 nouveaux actifs sortant des écoles et des universités arrivent sur le marché du travail, alors que l'économie ne crée qu'environ 20 000 nouveaux emplois par an.

« Selon l'enquête multisectorielle continue (EMC) réalisée en 2014 par l'INSD, le taux de chômage des jeunes actifs est de 14,1%.

Ce taux est encore plus élevé chez les femmes, soit 20,3% », a-t-il poursuivi, avant d'ajouter : « Dans la région des Bassins-Hauts, ce taux est de 10,2% pour les jeunes actifs et 14,5% pour les femmes ». D'où la nécessité pour le gouvernement de mener des actions à court, moyen et long termes, a-t-il laissé entendre.

Une invite à utiliser le fonds à bon escient

Le coordonnateur du PAE/JF, Dr Soumaïla Bitibali, a pour sa part souligné que le choix des dossiers présélectionnés a été fait sur les critères précis et non négociables. Il s'est agi de la cohérence, de l'innovation du projet, des projets à forte potentialité économique et de création d'emplois.

Par ailleurs, il a invité les bénéficiaires à utiliser ce financement à bon escient, car ce sont des fonds publics qui devraient être remboursés. M. Batibali a fait savoir que les prêts seront disponibles lorsque les bénéficiaires seront localisées.

Quant au représentant des bénéficiaires, Bakary Sogodogo, il a exprimé sa gratitude au président du Faso et l'ensemble du gouvernement pour la mise en œuvre de ce programme qui vise de son avis, à améliorer les conditions de vie des jeunes et des femmes du « Pays des Hommes intègres ».

A travers ce programme, a-t-il dit, la question de chômage des jeunes et des femmes est en passe de trouver une solution.

Pour rappel, le programme est prévu pour s'exécuter sur trois ans, avec un budget de 16 500 000 000 de F CFA (5 500 000 000 de F CFA par an). Son objectif est de contribuer à réduire le chômage et le sous-emploi des jeunes et des femmes au Burkina Faso.

Burkina Faso

Arrestation de Pascal Zaïda - Les explications de la police nationale

«A l'appel de certaines organisations associatives, dont le «Mouvement Populaire de la Jeunesse» et le… Plus »

Copyright © 2017 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.