25 Septembre 2017

Burkina Faso: Gestion intégrée de la ressource en eau du bassin du Mékrou

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet «Eau au service de la croissance et la lutte contre la pauvreté dans le bassin transfrontalier du Mékrou », le Partenariat régional de l'eau de l'Afrique de l'Ouest (GWP-AO) organise, les 25 et 26 septembre 2017 à Ouagadougou, la 5e session de la réunion du comité du mécanisme global de coordination dudit projet.

L'explosion démographique, les effets néfastes du changement climatique et la croissance économique entraînent une demande de plus en plus accrue de ressources en eau. Au regard de ce qui précède, une gestion non consensuelle des eaux transfrontalières peut être source de conflits.

C'est pourquoi, le Burkina Faso, le Bénin et le Niger qui ont le bassin du Mékrou en commun, ont mis en place le projet «Eau au service de la croissance et la lutte contre la pauvreté dans le bassin transfrontalier du Mékrou » en vue de trouver des solutions à sa gestion.

Les 25 et 26 septembre 2017, les acteurs du domaine des trois pays sont réuni à Ouagadougou pour examiner un certain nombre de documents importants qui permettront au projet, phase 1, de disposer de données suffisantes pour pouvoir formuler la phase 2.

Selon le représentant du ministre de l'Eau et de l'Assainissement, Habdoulaye Koudakidiga, durant ces deux jours de travaux, les participants vont valider le rapport provisoire sur l'élaboration des Programmes de mesures et des plans d'investissements(PMPI), le Schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux(SDAGE) et les versions provisoires des Schémas d'aménagement et de gestion des eaux(SAGE) dans les portions nationales du bassin.

« Cette réunion va également permettre de faciliter l'approbation du SDAGE par le conseil des ministres de l'Autorité du bassin du Niger, de faire le point de la mise en œuvre des projets-pilotes et de réaménager le plan de travail 2017 en vue d'une bonne finition du projet », a-t-il ajouté.

Et de poursuivre qu'étant donné que la ressource en eau est limitée, il faut que les parties se concertent pour trouver des voies et moyens pour harmoniser les interventions afin d'avoir plus de résultats.

Ainsi, « ce projet a permis d'avoir une connaissance approfondie de la vulnérabilité des populations et de leur capacité à résister aux aléas climatiques », a indiqué le président du Partenariat régional de l'eau de l'Afrique de l'Ouest (GWP-AO), Abel Afouda. La 1ère phase, qui a débuté en 2014, prendra fin le 31 décembre 2017.

« Et nous sommes en train de formuler la 2nde phase, qui sera soumise à l'appréciation de notre partenaire qu'est l'Union européenne. La mise en œuvre de cette phase doit permettre la réalisation des actions concrètes sur le terrain.

Ainsi, nous allons aller vers les populations et concrétiser leurs besoins », a souligné le président. A noter que le bassin du Mékrou est un affluent du bassin du Niger.

Burkina Faso

Nantes - Année terminée pour Préjuce Nakoulma

Préjuce Nakoulma ne retrouvera plus les pelouses de la Ligue 1 cette année. Plus »

Copyright © 2017 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.