22 Septembre 2017

Kenya: Au pays, Raila Odinga menace de boycotter le nouveau scrutin présidentiel

Alors que la Commission électorale vient de reporter au 26 octobre le prochain scrutin présidentiel, l'opposant Raila Odinga menace de ne pas s'y présenter. Il demande des réformes au sein de la Commission électorale.

Après le report de la nouvelle présidentielle au 26 octobre, l'opposant historique Raila Odinga réagit. Dans une interview accordée à la Deutsche Welle, celui-ci menace de ne pas participer à l'élection prévue le 26 octobre prochain. En tous cas pas si la Commission électorale n'est pas réformée. Raila Odinga se veut inflexible : "Nous avons dit que nous ne participerons pas au nouveau scrutin présidentiel aussi longtemps que les manœuvres utilisées pour frauder les suffrages ne seront pas corrigées, jusqu'à ce qu'il y ait des changements au sein de la Commission électorale et que les auteurs des fraudes soient jugés par la justice" explique-t-il.

Réformes inévitables pour la Commission actuelle ?

Saisie par l'opposition, la Cour suprême avait invalidé, le 1er septembre dernier, les résultats de la présidentielle du 8 août dont était sorti vainqueur le président Uhuru Kenyatta. Le président de la plus haute juridiction du pays, le juge David Maraga, avait dans sa déclaration donné raison aux avocats de l'opposition. Ces derniers avaient relevé des irrégularités, dont des procès verbaux non signés ou falsifiés. Raila Odinga n'a plus confiance en la Commission actuelle : "Les réformes sont inévitables au sein de celle-ci. Et la Cour suprême a exigé qu'elle organise le scrutin conformément à la constitution kenyane. Dans le cas contraire, la Cour a indiqué qu'elle n'hésiterait pas à rejeter de nouveau les résultats. Donc, je ne pense pas qu'ils aient le choix", souligne-t-il.

"Quelques erreurs humaines"

L'organe de gestion des élections a reporté la nouvelle présidentielle au 26 octobre. Une élection qui était d'abord prévue le 17 octobre, "afin de répondre aux standards définis par la Cour suprême", indique un communiqué de l'IEBC. Dans un autre communiqué, la Commission électorale (IEBC) avait reconnu avoir décelé quelques "erreurs humaines commises par inadvertance" , et motive par souci de répondre aux standars définis par la Cour. Mais cette dernière a, ce mercredi, reproché au président de l'IEBC, Wafula Chebukati, d'avoir déclaré la victoire de Uhuru Kenyatta avec 54,27% des voix sur la base de procès verbaux dont l'authenticité était "douteuse", et sans avoir de surcroit vérifié l'ensemble des procès-verbaux de vote.

Kenya

CECAFA Challenge Cup - Kenya, Burundi Ouganda et Zanzibar en demi-finales

L'édition 2017 de la CECAF Challenge Cup, organisée en cette fin d'année par le Kenya,… Plus »

Copyright © 2017 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.