20 Septembre 2017

Nigeria: À l'ONU, les dirigeants s'attaquent aux violences sexuelles comme arme de guerre

Nations Unies, New York — « Nos filles n'étaient pas destinées à devenir des esclaves sexuelles. Chacune d'entre elles avait un rêve ou un but pour son avenir », a déclaré Zina Salim Hassan, une militante yézidie de 21 ans juste avant l'ouverture d'un sommet des Nations Unies sur l'utilisation des violences sexuelles comme arme de guerre.

Les communautés comme celles des Yézidis en Irak ou des lycéennes de Chibok au Nigeria ont subi des violences terribles, au nombre desquelles enlèvements, abus, viols et mariages forcés. Mais leurs cas sont loin d'être uniques. Les violences sexuelles et basées sur le genre sont très répandues en tant que tactiques de guerre.

Ces crimes ont de profondes répercussions. Les femmes et les jeunes filles sont brutalisées, certaines tuées. Des communautés entières sont parfois traumatisées. Les femmes peuvent être amenées à vivre des grossesses non désirées.

Bien d'autres effets moins visibles se font sentir sur les vies des survivantes. Et lorsqu'elles retournent au sein de leur communauté, elles s'exposent à la stigmatisation et à la honte. Celles à qui l'on refuse l'accès à l'école peuvent de ce fait être privées de leurs rêves et de leur avenir.

« Un grand nombre de jeunes filles sont illettrées, explique Mme Hassan. Elles ont perdu leur possibilité d'accéder à des études. »

Le 18 septembre, les dirigeants mondiaux se sont réunis au siège de l'ONU à New York pour appeler à agir d'urgence pour soutenir les survivantes de ces violences, et pour empêcher ces crimes de se produire.

« Des soins immédiats et bienveillants »

« Ces atrocités nécessitent des soins immédiats et bienveillants, ainsi que des services complets », a expliqué Amina Mohammed, Vice-secrétaire générale de l'ONU, aux dignitaires, responsables politiques et dirigeants présents à l'événement.

Un vaste éventail de services sont nécessaires au soutien des survivantes, et notamment un traitement clinique du viol ainsi que des thérapies psychosociales pour leur rétablissement à long terme.

Les survivantes ont aussi souvent besoin d'aide pour réintégrer leur communauté, surtout si elles s'exposent à une stigmatisation liée aux violences qu'elles ont subies. Les programmes de réinsertion comprennent notamment des études et des cours de compétences essentielles pour aider celles qui n'ont pas la possibilité d'étudier.

Il faut aussi faire en sorte que justice soit rendue pour ces survivantes, grâce à une assistance juridique ainsi que des mesures pour mettre fin à l'impunité de leurs agresseurs.

L'UNFPA et ses partenaires font en sorte de pouvoir fournir un soutien dans tous ces domaines dans les situations de crise humanitaire.

« C'est l'UNFPA qui a permis à nos efforts de prendre la forme d'une réponse complète aux violences sexuelles et basées sur le genre », explique Lisa Grande, représentante spéciale adjointe du Secrétaire général, coordonnatrice résidente des Nations Unies et coordonnatrice humanitaire en Irak.

« Ils ont établi plus de 120 refuges, dont beaucoup sont situés non pas au-delà du front, mais sur le front. Des centaines de milliers de jeunes filles ont pu trouver de l'aide dans ces centres », ajoute-t-elle.

Encore beaucoup de progrès à faire

Il reste cependant beaucoup à faire, non seulement pour répondre aux besoins des femmes et des jeunes filles, mais aussi pour mettre fin aux violences sexuelles et basées sur le genre.

« Les femmes et les jeunes filles de Chibok ou de la communauté yézidie ne sont pas seulement des survivantes de violences, elles sont aussi la preuve de l'échec de la communauté internationale, qui a été incapable de prévenir les violences extrémistes et de régler les questions qui ont mené aux conflits », a déclaré Mme Mohammed. Elle a appelé les dirigeants mondiaux à travailler ensemble pour mettre fin à l'utilisation des violences sexuelles comme armes de guerre.

La santé, la sécurité et les droits des femmes et des jeunes filles doivent également être considérés comme une priorité dans tous les contextes d'urgence, a souligné le Dr. Kanem.

« S'attaquer aux violences basées sur le genre peut sauver des vies et doit absolument faire partie de la réponse humanitaire », a-t-elle précisé.

« Il nous faut augmenter les financements, a fait remarquer Lars Løkke Rasmussen, le Premier ministre danois. Il a annoncé que son gouvernement verserait la somme de 50 millions de dollars (dont 23 iront à l'UNFPA) pour soutenir les droits des femmes et des jeunes filles dans les situations d'urgence.

Les responsables politiques du Canada, de l'Union européenne et du Royaume-Uni ont également annoncé une participation financière à cet effet.

Regarder vers l'avenir

L'impact de certaines de ces mesures a été constaté à la mi-septembre au Nigeria, quand un groupe de survivantes de Chibok a reçu son diplôme, dans le cadre d'un programme de formation financé par l'UNFPA.

Reprendre le contrôle de leur vie est une partie importante de leur guérison. Beaucoup d'entre elles prévoient maintenant d'aller à l'université.

« Nous allons continuer nos études », a déclaré Margaret, 21 ans, à la cérémonie de remise des diplômes. Elle veut devenir médecin.

Gloria, 20 ans, a indiqué à l'UNFPA qu'elle souhaitait également faire ce métier.

« Cela m'a vraiment plu d'étudier, ajoute-t-elle, et j'ai hâte de pouvoir donner le meilleur de moi même. »

Texte traduit de l'anglais par Marie Marchandeau

Nigeria

Aliko Dangoté mobilise un club d'Afrochampions pour le développement de l'Afrique

La première fortune d'Afrique, Aliko Dangote, a réuni, mercredi 18 octobre 2017, à Lagos au… Plus »

Copyright © 2017 United Nations Population Fund. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.