26 Septembre 2017

Ghana: Le Ghana accueille des centaines de réfugiés togolais

Des centaines de réfugiés togolais sont repérés au Nord du Ghana, selon des informations parvenues à la presse ghanéenne.

Selon des informations confirmées par la presse ghanéenne, près de 270 réfugiés togolais ont afflué ces derniers jours vers la ville de Chereponi, au Nord du Ghana.

Chereponi est une ville, chef-lieu de la région de même nom, située dans le Ghana à la hauteur de la ville togolaise de Mango (550 kilomètres au Nord de Lomé) qui a connu des affrontements la semaine dernière entre manifestants et militaires et d'où sont partis une vague de réfugiés.

Comme depuis plusieurs semaines, l'opposition avait appelé les 20 et 21 septembre dernier à des manifestations pour obliger le pouvoir de Faure Gnassingbé à retourner à la version initiale de la Constitution votée en 1992.

A Lomé comme dans plusieurs villes du pays, des milliers de Togolais sont descendus dans les rues pour appeler soit à un retour de ladite Constitution soit à un départ de Faure Gassingbé. A Mango et ailleurs les manifestations ont dégénéré faisant au moins un mort.

Lire aussi : « Togo Debout », sept choses à savoir du nouveau front citoyen lancé à Lomé

Depuis le début des manifestations le 19 août dernier, quatre personnes ont été tuées dans différentes villes du pays dont un enfant de 09 ans à Mango.

La violence des répressions fin de la semaine dernière dans la ville de Mango, mais aussi à Bafilo au centre du pays, a poussé des vagues de jeunes à fuir ces localités pour s'abriter soit en brousse, soit au-delà des frontières. Plusieurs blessés par balle ont même dû fuir les hôpitaux, s'y sentant toujours menacés. Une partie de ces jeunes a pu constituer le lot de réfugiés de Chereponi.

Mango, la ville togolaise la plus proche de Chereponi au Ghana a connu ces deux dernières années des séries de violences faisant, en 2015 seule, au moins 5 morts dans des affrontements avec des militaires. Plusieurs vagues d'arrestation ont suivi ces violences.

Cette semaine, l'opposition s'est abstenue d'appeler à de nouvelles démonstrations de rue, préférant appeler à une journée « Togo Mort », vendredi 29 septembre. Ce mercredi, une conférence de presse est prévue à Lomé pour marquer le 25e anniversaire de la Constitution de 1992, au centre du bras de fer.

Lire aussi : Togo, Obasanjo, Rawlings, Mabanckou, Kidjo... en soutien au peuple togolais

Votée le 27 septembre 1992 par 97,4 % des Togolais, cette constitution comportait initialement une limitation des mandats présidentiels à deux, avec la précision que, « en aucun cas, nul ne peut exercer plus de deux mandats ». Depuis cette disposition ainsi bien d'autres ont été supprimées dans la loi fondamentale par la dynastie Gnassingbé ouvrant la voie à des règnes à vie à la tête de ce pays.

Autrefois dirigé par Gnassingbé Eyadèma, mort en 2005 après 38 ans au pouvoir, le Togo est depuis présidé par son fils Faure Gnassingbé qui a pris la relève après un bain de sang en 2005 faisant un minimum de 500 morts selon les Nations Unies. Des milliers de Togolais avaient du fuir le Togo pour devenir des réfugiés dans les pays voisins. Après 12 ans de pouvoir, Faure Gnassingbé est sous de fortes pressions populaires depuis août dernier, comme jamais auparavant.

Ghana

La vérité d'Akufo-Addo à Macron sur la subordination de l'Afrique à l'Occident

Le président ghanéen Akufo-Addo a une fois de plus démontré son désir de voir… Plus »

Copyright © 2017 This is Africa. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.