26 Septembre 2017

Cameroun: Garoua - Les inondations sont de retour

Les pluies de ce week-end ont particulièrement touché certains quartiers de la ville.

Au moment du passage de CT hier dans les dédales des quartiers Takasko et Lainde Sabongari, les eaux avaient commencé leur retrait, laissant progressivement les activités usuelles reprendre leur cours. Une accalmie en trompe-l'œil. Du moins pour ce qui est de l'état d'esprit des riverains, qui craignent un répit de courte durée. Changements climatiques oblige, ce mois de septembre est exceptionnellement pluvieux dans la capitale régionale du Nord. Si l'intensité des averses est relative, leur régularité depuis deux semaines (six pluies lors des dix derniers jours), ont fini par noyer ces quartiers, sous un niveau d'eau impressionnant.

Fort heureusement, contrairement à Roumde Adjia où, plus du fait de la qualité de la construction que des eaux, un mur effondré a fait trois victimes mardi dernier, l'inondation de samedi n'a occasionné aucune mort d'homme, et les dommages matériels sont mineurs. Pour autant, si le niveau des pluies venait à ne pas baisser, l'inquiétude sur des conséquences plus néfastes existe bel et bien, chez les résidents de ces zones. Du côté des autorités de la ville, la situation préoccupe fortement. Mais on précise que les populations concernées, sont autant coupables que victimes. Le délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Garoua explique qu'à la base, cette zone était prévue pour un lotissement et des aménagements en vue d'implanter un quartier administratif.

D'où d'ailleurs le nom de « carrefour 8 » donné au grand rond-point qui dessert ces quartiers, en référence aux huit voies qui devaient en émaner. Mais après l'acquisition de titres fonciers illicites, les populations ont construit sur les emprises, empêchant l'évacuation des eaux. Quatre des huit voies prévues sont ainsi obstruées. Plusieurs descentes sur le terrain ont été effectuées avec les autorités préfectorales, pour sensibiliser ces populations, avant des casses programmées. Mais rien n'y fait. Au contraire, en brandissant le spectre de remous sociaux et faisant jouer pour certains leurs influences, elles retardent depuis deux ans maintenant, l'échéance de l'assainissement pourtant nécessaire.

Cameroun

L'agresseur d'un policier rattrapé à Douala

Robert Ying Dapsia avait poignardé un gardien de la paix 2ème grade à la gare ferroviaire a… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.